Professeur Layton et la menace de Chronos

Venez incarner un personnage de la saga ou inventez-en un, et participez à l'intrigue : Une nouvelle menace pèse sur le professeur Layton !
Serez-vous de taille face aux nouveaux mystères et leurs énigmes ?
 
AccueilPortailRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionFAQ
Fermeture

Partagez | 
 

 [PV: Membres validés] La foi du partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Sam 30 Mar - 17:51



23 Décembre 1975, 14h32

La place Piccadilly Circus allait de nouveau être le lieu d’une controverse. Du moins, « il » l’espérait. Quoiqu’il en soit il n’allait pas pouvoir profiter du spectacle car il avait des affaires urgentes à régler. Le jeune homme au monocle éteignit son écran avec dépit et se leva avant de se diriger hors de la salle.

Sur la place, l’estrade et la fausse machine à voyager dans le temps n’avaient bougé d’un pouce. Installés ici depuis deux jours, on aurait dit qu’ils appartenaient au décor depuis toujours…

Étrangement, le soleil était toujours présent et la température douce malgré le mois de décembre. Il y avait fort à parier que le chaos ne se limitait pas seulement au temps. En dépit de cela, la petite foule qui se rassemblait sur la place n’avait pas à patienter dans le froid…

Un verre de thé vert à la main, le majordome Georges était là, aux côtés du bras droit de son maître. Il était chargé de veiller à ce que tout se déroule bien pour cette première mission : rassurer les Londoniens. Le vieil homme lança tout de même un regard vers la petite foule. Plusieurs hommes mêlés aux autres regardaient la place d'un œil mauvais, avec un regard presque haineux. Avec une mauvaise humeur aussi manifeste, la jeune Andréa Heart allait avoir du mal à les convaincre...

A les convaincre de quoi ? Que tout allait bien ? Que tout irait bien ? Aussi stupide que cela , puisse paraître, c'était sa première mission. Plus une sorte de test qu'autre chose à vrai dire. En espérant que les autres personnes présentes ne soient pas toutes aussi méfiantes...

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1074
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 18
Localisation : Cherchez pas vous trouverez pas

Feuille de personnage
Âge: 13
Picarats: 160
Pièces SOS: 3

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Lun 1 Avr - 16:57

Une fois de plus, Luke se rendit sur la place dont il avait foulé le sol quelques jours plus tôt. Il faut dire qu'il ne s'y attendait pas vraiment. Après un événement aussi spectaculaire, le petit londonien se s'attendait pas à y revenir une seconde fois, du moins, pas aussi rapidement. Toujours cette grosse machine, au milieu de la place Picadilly Circus, et puis cette estrade ou le mystérieux M avait fait son apparition. Allait-il revenir de nouveau, faire une seconde annonce, aussi étrange soit-elle que la première? Mystère... Et pour cela, il fallait attendre l'arrivée de quelqu'un qui prendrait part à cette réunion en se rendant sur cette fameuse estrade redoutée de tous...

En venant ici, Luke avait fait bien attention à ne pas se faire trop remarquer, car ces hommes vêtu de noir aurait pu l’apercevoir, où qu'ils étaient. Et ça, il tenait absolument à l'éviter! Qui sait ce qu'ils pourraient faire? D'ailleurs, les hommes en noirs faisaient grandement penser aux sbires de Clive auparavant, même s'ils étaient moins costauds que ceux-ci.
Spoiler:
 
M était donc bien plus attentif quant à sa sécurité et à ses travaux comparé au jeune Clive...

Le temps était doux, étrangement, pourtant en pleine fin d'année. Habituellement, le temps était plutôt glacial, un peu comme il y a deux jours. Mais aujourd'hui, la fontaine coulait paisiblement, nullement dérangée par ce beau temps. Peu de personnes avaient emportés de manteaux et d'écharpes, tout comme Luke, qui ne portait qu’une veste bleue, fidèle à sa couleur fétiche.

Luke s'attendait plutôt à voir quelqu'un d'autre qu'M, car ça n'aurait pas été très malin de sa part de pointer le bout de son nez, sachant que beaucoup tenait pour responsable de ce changement de temps. Le jeune à la casquette bleutée s'attendait à voir quelqu'un, mais certainement pas la jeune fille qui avait été d'une habilité sans comparaison lors des dernières énigmes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 996
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 20
Localisation : Quarante-deux.

Feuille de personnage
Âge: 7
Picarats: 140
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Lun 1 Avr - 18:31

Cela devait faire une éternité qu'Andréa attendait, sans savoir que faire, complètement paralysée. Elle se refusait à l'appeler "peur", car elle se disait que, désormais qu'elle avait réussi à tenir tête à M en gardant un sang-froid qui l'étonnait elle-même, elle ne pouvait plus avoir peur. Elle ne pouvait plus se le permettre. Et puis, que craignait-elle ? Ce n'était qu'une petite centaine de personnes qui se mettraient à la détester au même point que M dès qu'elle aurait pointé le bout de son nez sur l'estrade et raconté que ce n'était pas grave, que ce n'était qu'un dérèglement temporel qui allait semer un chaos indescriptible sans aucun doute -- c'était par ailleurs déjà fait...

"Pour résumer, je vais passer un sale quart d'heure..." songea-t-elle en se mordant la lèvre et regardant timidement le ciel, comme attendant une certaine clémence de sa part.

Si elle s'était attendue à ça, elle n'aurait probablement jamais accepté. Et, d'ailleurs, pourquoi avait-elle prononcé ce mot maudit : "J'accepte" ? Elle n'y était pas obligée. Elle ne s'était même pas sentie obligée. Alors pourquoi ?

"Pourquoi, m..."

Non ; elle devait garder son sang-froid. Ne pas partir dans les jurons. Elle s'était promis de ne plus jurer sans raison. Mais elle avait une raison ! Mais oui mais non. Cela n'en était pas une vraie. Il n'y a jamais de bonne raison.
Elle le sentait, elle allait devoir passer à l'action. Combien de temps cela faisait-il qu'elle était là, près de l'estrade sans pour autant se montrer au grand jour, à méditer sur tout et n'importe quoi ? Les Londoniens devaient s'impatienter. Elle allait devoir grimper ces marches. Elle allait devoir prendre le microphone, faisant face au peuple. Elle allait devoir leur parler. Tandis qu'elle était perdue dans ses pensées, elle se rendit enfin compte qu'elle venait de joindre les gestes à sa pensée et que, devant elle, se trouvait en effet des nuées de personnes qu'elle voyait désormais de haut. Sans réfléchir, elle s'approcha du microphone ; elle fit la moue en voyant que, même en se haussant sur la pointe des pieds, il avait visiblement été placé pour que ce fût un adulte qui parlât. Elle dévissa le pied qui le maintenait en l'air avant de le baisser avec précautions, puis revissa la tige de métal une fois l'engin arrivé à sa hauteur. Sans trop réfléchir, elle tapota la peau élastique du microphone de son doigt, doucement : un bruit amplifié en échos résonna sur la place. Bien, il fonctionnait. Enfin, elle s'en doutait, mais on n'est jamais sûr de rien. Et puisque ceux qui avaient organisé la place pour la recevoir avaient oublié qu'elle n'avait pas la taille de tout le monde, pourquoi n'auraient-ils pas oublié d'allumer les microphones, tant qu'on y était ? Mais ils n'étaient pas si idiots que ça.

"C'aurait été trop beau..."

Pourquoi donc ? Elle ne savait pas. Et puis tout dépendait du point de vue : non, c'était au contraire une bonne chose que ce ne fussent pas des idiots qui fussent l'unique solution, à la tête de tout un pays. Même s'ils ne lui inspiraient aucune confiance -- probablement pas plus que tout le monde, d'ailleurs --, il était rassurant de savoir que, au moins, le pays n'était pas entre les mains de demeurés. Il n'y avait plus qu'à espérer qu'ils savaient également gouverner un pays. À moins que ce ne fût trop demander.
Enfin ; encore une fois, elle s'était immobilisée devant le microphone, et le public commençait à s'impatienter, une légère clameur résonnant dans Picadilly Circus. Andréa prit discrètement une légère inspiration, puis se saisit du microphone qu'elle plaça devant sa bouche.

"S'il vous plaît, calmez-vous..." murmura-t-elle doucement, d'une voix tendue.

Ses lèvres se séparèrent encore une fois le trouble à peu près rétabli. On ne pouvait jamais réclamer le silence complet : encore moins en une telle situation. Ainsi, elle se prépara à reprendre la parole lorsqu'elle jugea la place suffisamment apte à l'écouter. Elle sortit de la poche de la veste qu'elle avait mise un petit papier qu'elle déplia et regarda discrètement. Un discours ne s'improvisait pas comme ça ! En tout cas pas pour elle.
En voyant cependant ce qu'elle avait écrit, sa figure se décomposa plus encore. Mais jamais elle ne pourrait s'adresser ainsi ! C'était beaucoup trop solennel ! Personne ne la prendrait au sérieux... Encore moins avec son accent français qui allait plus que jamais être un sérieux handicap. Comme si elle se parlait à elle-même, une simple question vint à son esprit : "Dis-moi, ma grande, à quelle heure as-tu écrit ce truc ?"
Tant pis ; elle n'aimait pas ça, elle le sentait très mal, mais elle n'avait plus le choix. Elle qui avait toujours préparé ses devoirs à l'avance avec beaucoup d'application, elle allait devoir se mettre à un exercice qu'elle n'avait quasiment jamais fait dans une situation aussi importante. Il allait falloir improviser. Hou qu'elle détestait ce mot.
Comme la narguant, derrière, se trouvait Georges, le majordome, tranquillement assis sur son fauteuil à l'arrière-plan, en train de la dévisager sans rien faire. Comme s'il était persuadé que, de toute manière, elle n'y arriverait jamais. Alors comme ça, elle n'y arriverait jamais ? Déjà, en arrivant en Angleterre, elle était persuadée qu'elle n'arriverait jamais à bien parler anglais : cela pouvait être mieux, mais elle se débrouillait. Elle était certaine qu'elle n'arriverait jamais à faire face à M : elle l'avait fait, en gardant plus ou moins son sang-froid. Alors elle y arriverait. En tout cas, elle ferait de son mieux. L'universitaire se redressa, comme pour se donner plus d'assurance. Un éclair traversa ses yeux, du moins elle en avait l'impression. Elle allait le faire. Ses lèvres s'ouvrirent.

"Bonjour à tous..."

Mais elle en resta là : ironiquement, toute son assurance s'était envolée, et elle se retrouvait désormais face au mythique et diabolique syndrome de la feuille blanche : son esprit était plus blanc encore que sa chemise. Aucune idée ne lui venait en tête. Que devait-elle dire ensuite ? Que devait-elle faire ? Elle n'en avait pas la moindre idée, et elle demeura bouche bée durant un temps qui lui parut durer une éternité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 543
Date d'inscription : 29/09/2012
Age : 22
Localisation : Derrière son écran, en train de noter ton adresse IP et de calculer tes coordonnées sur Google Maps.

Feuille de personnage
Âge: 16
Picarats: 175
Pièces SOS: 1

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Lun 1 Avr - 21:41

Décidément, la journée était loin d'être terminée... Evan venait tout juste de sortir du souterrain dans lequel il s'était trouvé la veille avec la jeune Emmy. Il y était revenu brièvement afin de vérifier si rien ne leur avait échappé lors de leur visite précédente, mais les décombres de la pièce souterraine ne recelaient rien de plus. Il avait néanmoins trouvé l'autre chose pour laquelle il était venu. En ressortant de l'obscurité du passage, il vit le soleil brillait toujours aussi vivement que le matin. L'atmosphère restait empreinte d'une chaleur presque printanière, ce qui semblait indiquer que l'après-midi n'était pas aussi avancé qu'il le pensait. Il avait donc encore un peu de temps à perdre pour entamer l'enquête que la jeune femme et lui avaient envisagée après avoir découvert le journal du mystérieux individu se proclamant "voyageur temporel".

Toutefois, comme dans toute enquête, il lui fallait déjà trouver un point de départ à ses investigations. Et le hasard semblait s'être prononcé en sa faveur : en effet, la veille, en rentrant à son domicile, l'adolescent avait eu la surprise de retrouver à l'intérieur de sa boîte aux lettres un message pour le moins peu commun. Celui-ci le conviait à une allocution du gouvernement qui devait se tenir le lendemain, sur la place de Picadilly Circus. C'était une opportunité inattendue, et plutôt étrange. Ce rassemblement pouvait offrir une occasion idéale pour y rencontrer, peut-être, les personnes qui avaient reçu une invitation de la part du gouvernement quelques jours plus tôt, et, surtout, le représentant lui-même. Mais, plus intéressant encore, la missive était signée M… Une simple lettre, qu'il avait déjà aperçue dans le journal qu'il avait découvert dans le souterrain, et qui, selon les dires de son auteur, renvoyait en réalité à un terrible despote qui, de par ses actes, avait déclenché une guerre à l'échelle mondiale, dans une époque future. C'était lui qu'il était censé arrêter, pour éviter que leur époque ne sombre dans le chaos. Et c'était également lui qu'il cherchait à rencontrer, pour une autre raison. Il avait certes d'abord douté de son existence, ne sachant pas s'il pouvait se fier ou non au récit du "voyageur temporel", mais il semblait qu'il en eût désormais une preuve concrète, grâce à cette lettre. Par conséquent, il se pouvait que le reste des faits que l'auteur avait rapportés était avéré, lui aussi. Dans tous les cas, le jeune homme avait enfin fixé la première étape de son enquête : Picadilly Circus.

Et c'était donc pour cette raison que, en cette fin d'après-midi, le jeune homme se dirigeait vers la place, se mêlant à la cohue qui s'y engouffrait. Lorsqu'il fut en mesure de distinguer l'estrade qui avait été dressée dessus, il leva un sourcil incrédule. À côté de l'installation s'élevait une étrange machine métallique, à la forme pour le moins atypique. Sans trop savoir pourquoi, le mot "machine à voyager" dans le temps s'imposa presque aussitôt dans son esprit face à cette vision. Il se souvenait des images de l'incident qui s'était produit il y a quelques années, lorsque le Premier Ministre Bill Hawks avait mystérieusement disparu au cours de la présentation d'une machine similaire... Mais tout cela n'était en fait qu'une machination, comme n'avait pas tardé à le montrer la résolution de l'affaire. Qu'en était-il de cette fois ? Evan restait sceptique. Si les notes de ce fameux "voyageur temporel" étaient véridiques, et donc que le dénommé "M" avait l'intention de la détruire, pourquoi prendrait-il le risque de la placer à la vue de tous ? Il paraissait certes peu probable que quelqu'un vienne s'en emparer, vu ses proportions non négligeables, mais cela n'en demeurait pas moins source de questionnements.

L'adolescent poursuivit son avancée dans la foule. La plupart des gens étaient vêtus de vestes peu rembourrées, étant donné la température douce qui régnait dehors, mais lui avait choisi de conserver son long manteau noir. Bien qu'il se refusait à l'avouer, il était d'un naturel plutôt frileux, aussi s'était-il contenté de le laisser ouvert, ne souhaitant pas l'enlever le moins du monde. Toutefois, son vêtement, toujours un peu trop grand pour lui, flottait en partie derrière lui et fouettait accidentellement quelques passants au passage, leur arrachant quelques jurons. Bien qu'il fût le fautif dans cette histoire, il leur jeta un regard glacial, mais tâcha malgré tout d'éviter que l'incident ne se reproduise. Il faillit percuter en chemin un garçon habillé en bleu, âgé d'environ une dizaine d'années, à en juger par son apparence - même si, il le savait, celle-ci ne signifiait pas grand-chose dans le contexte dans lequel ils se trouvaient. L'enfant se comportait d'une façon étrange, comme s'il cherchait à échapper à une menace dont la nature lui était inconnue. De toute évidence, il ne semblait pas particulièrement enclin à ce qu'on le voie ici...

Evan s'arrêta à proximité du garçon, estimant que l'estrade était désormais suffisamment proche. Il jaugea d'un oeil inquisiteur la structure, sur laquelle ne se dressaient que deux personnes. La première d'entre elles était un homme plutôt âgé, un gobelet de thé à la main. Un parfait inconnu, qui n'avait pas vraiment l'air d'être un politicien. "Encore que, songea-t-il avec ironie, les hommes politiques sont parfois si vieux qu'il pourrait très bien être l'un d'entre eux..."

Quant à la deuxième personne...

"Tiens, tiens, un visage familier..." murmura-t-il en observant la jeune fille, celle qu'il avait rencontrée l'autre soir, au bord de la Tamise.

Il marqua une pause, avant de reprendre :

"Ainsi donc, je discutais avec quelqu'un qui semblait en savoir un peu plus que moi sur la situation. Il semblerait que tout le monde ait une part de vérité à dissimuler, ici... Intéressant." conclut-il avec un sourire sardonique.

D'un autre côté, ne détenait-il pas lui-même quelque chose dont personne ne se doutait, ici ? Si les informations qu'il avait trouvées avec Emmy dans le journal étaient avérées, tous les badauds présents sur cette place couraient un grave danger. Au final, peut-être avaient-ils raison de s'agiter aussi furieusement en attendant des réponses. Ils n'avaient pas idée du destin tragique qui les guettait.

Un destin dont il serait lui aussi victime, cela dit. À supposer que ce soit vrai. Il ne le saurait qu'une fois qu'il serait en mesure d'interroger ce fameux M, s'il existait. Et... Andrea - s'il se souvenait bien de son nom- pourrait peut-être lui en dire plus à son sujet. Mais, pour cela, il fallait que le rassemblement soit terminé. Et il semblait que le discours que devait prononcer Melle Heart peinait à venir... Evan réprima à peine un sourire amusé. Il ignorait comment elle en était venue à entrer au service du gouvernement, mais sa tâche n'avait pas l'air de lui plaire, à en voir sa mine anxieuse.

"Bonjour à tous..." finit-elle par articuler, après être parvenue à gagner un semblant de silence de la part de l'auditoire.

Mais elle s'arrêta après ces quelques mots. Apparemment, elle avait un peu de mal à improviser. Cela pouvait se comprendre, vu la horde d'enragés qui l'entourait. Personnellement, il n'avait pas de raison de s'énerver, lui, mais il devait avouer qu'il était impatient que cette réunion prenne fin pour qu'il puisse passer à des choses plus... dignes d'intérêt. Sauf si le gouvernement avait finalement autorisé la jeune fille à révéler des renseignements autres que de simples paroles de réconfort destinées à endormir le peuple - et qui n'atteindraient pas leur but, sans doute-, mais cela l'étonnerait fortement.

_________________
Spoiler:
 


Dernière édition par Evan Caldwell le Ven 28 Juin - 12:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 233
Date d'inscription : 29/12/2011

Feuille de personnage
Âge: 19
Picarats: 90
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Mar 2 Avr - 18:22

Durant la nuit du 22 décembre, Emmy n'avait pratiquement pas dormi. Elle avait passé une très mauvaise nuit, en réfléchissant à tout ce qu'elle avait découvert avec Evan dans le souterrain de la Tamise. On y avait trouvé des écrits racontant diverses choses, et ce qu'il était advenu du professeur Layton. Cependant, personne ne pouvait savoir s'ils étaient authentiques ou non. Emmy et son associé Evan eurent donc pris la décision de mener une enquête à Londres, en commençant par interroger quelques personnes susceptibles de savoir quelque chose. Dans la soirée du 22 décembre, ces deux-là quittèrent les sous-sols puis se quittèrent pour partir chacun de leur côté, et se retrouver le lendemain, pour l'enquête. Mais avant de rentrer chez elle, celle-ci avait prévenu le jeune Luke à propos des notes trouvées dans les sous-sols. Toutefois, l'assistante du professeur Layton ne s'attendait à recevoir une invitation de la part de ce fameux M, qui était celle de se rendre une fois de plus sur Picadilly Circus.
-:-

Emmy s'était levée vers 10 heures, soit plus tard que d'habitude. Sans s'empêcher de manger un petit quelque chose, elle se prépara, puis quitta son logement d'un pas pressé. Elle avait le temps de questionner quelques personnes, histoire de connaître l'avis des autres, celle-ci avait même prévu de passer par le commissariat, au cas où ou elle pourrait revoir l'inspecteur Grosky, et lui poser quelques questions à propos de ces événements... Les récits étaient les mêmes : "Je me suis réveillé avec un mal de reins, et mes cheveux ont blanchi", "Je me suis levée avec quelques centimètres en moins"... C'en était presque effrayant, surtout après ce qu'Emmy avait lu à propos du danger que courait le Royaume-Uni.

« Bon c'est parti ! »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vers 14 heures, Emmy accourut pour se rendre sur la place de Piccadilly Circus, comme prévu. ll y avait encore beaucoup de monde, car évidemment, tout le monde mourrait d'en savoir plus. Sur l'estrade, il y avait encore des hommes en noirs, qui semblaient servir de sbires à ce cher envoyé du gouvernement. Aux côtés de celui-ci, il y avait une petite fille...

« Hm ce ne serait pas..? » déclara-t-elle avec un regard interrogateur.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Oui, c'était bien cette petite fille très intelligente qui s'était démarquée en résolvant les énigmes proposées par l'envoyé. Enfin, elle ne parvint pas apercevoir le jeune Luke. Il devait être mêlé dans la foule, et était difficilement repérable à cause de sa petite taille. 8D Puis, une voix timide et hésitante parvinrent aux oreilles du 'public' :

"Bonjour à tous..."

Emmy haussa un sourcil.

« Que pourrait-elle avoir à dire ?... » fit-elle avec un air réfléchi.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://professeurlaytonrpg.forumgratuit.org
Messages : 276
Date d'inscription : 04/11/2012
Age : 19
Localisation : ailleurs...

Feuille de personnage
Âge: 16 ans
Picarats: 50
Pièces SOS: 5

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Mer 3 Avr - 15:10

Ces derniers jours avaient été vraiment mouvementé dans la capitale, mais malgré tous, je ne m'étais pas intéressé plus que ça aux événements, n'étant restée que simple observatrice jusqu'à présent.

La température était très douce, j'avais donc troqué de mon poncho habituel contre une chemise grise et un gilet noir, plus confortable pour jouer du piano, comme j'étais en train de le faire. Ma fenêtre étant ouverte, j'entendais tout ce qui se passait dans la rue, cette dernière étant assez calme jusqu'à présent, cela ne me dérangeait nullement pour jouer.

Quand j'eus fini de jouer, j'attrapai ma tasse de thé posé sur mon piano, je l'approchai de mes lèvres, et quand j'eus pris la première gorgée, un hurlement venant de la rue me surpris et manqua de me faire tous recracher... Quand je me penchais à la fenêtre pour voir ce qu'il se passait, il commençait à y avoir du monde dans la rue, mais tous se dirigeaient vers Piccadilly Circus, il devait surement se passer quelque chose. Je décidai donc de suivre la foule, je pris mon sac, une simple écharpe presque aussi rouge que mes yeux, et parti sans plus attendre.
~~

Quand j'arriva sur la place, il y avait déjà beaucoup de monde amassé autour de l'estrade. Sur cette dernière se tenait une petite fille d'environ 7/8 ans (même si, vu la situation, cela ne voulait pas dire grand chose...). La foule était vraiment agitée, certaines personnes bousculaient les autres en essayant de se frayer un chemin pour aller au plus près de la scène.

"S'il vous plaît, calmez-vous...", dit la jeune fille d'une voix assez timide, elle paraissait tendue, ce qui peut se comprendre qu'en on doit calmer un tel attroupement.

"Bonjour à tous..."

Elle était le centre d'attention de toute la place, et visiblement elle ne trouvait plus ses mots...
C'est embarrassant, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 82
Date d'inscription : 30/05/2012
Age : 20

Feuille de personnage
Âge: 22 ans
Picarats:
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Mer 3 Avr - 19:27

La température était étonnamment douce pour la saison, même si il n'était que quatorze heures. Une douce brise soufflait, et elle n'était pas désagréable.
Janice s'était habillée d'une robe blanche et d'un simple gilet violet, sans oublier son portefeuille couleur saumon.
Elle se promenait en réfléchissant aux derniers évènements : certains avait rajeunis, d'autres viellis, et le professeur Layton avait disparu...Qu'est-ce que ça signifiait, au juste ?Elle près de la place de Picadilly Circus, quand un attroupement attira son attention. Visiblement, le "gouvernement" avait un nouveau message à faire passer. Que comptait-il dire ?
La jeune femme observa la foule.
La première personne sur laquelle son regard se posa était ce garçon qu'elle avait croisé l'autre soir au bord de la Tamise, Evan Caldwell, si elle se souvenait bien.
Le jeune homme fendait la foule, non sans fouetter au passage quelques londoniens de son manteau noir trop grand. Comme tout le monde, il voulait sans doute en savoir plus.
La seconde personne qu'elle reconnut lui remémora des souvenirs assez lointains. Des souvenirs qu'elle préférait oublier.
Emmy Altava,songea la cantatrice.
Oui, cela faisait longtemps qu'elles ne s'étaient pas vues.
Soudain, Janice sentit un frôlement sur sa peau. Par réflexe, elle tourna la tête et ne put s'empêcher d'être surprise.
Luke ?! Mais enfin...
Elle n'était pas au bout de ses surprises...
La jeune rousse voulut lui parler, mais visiblement, il tenait à ne pas se faire remarquer, ce qui la stoppa dans son intention.
Non loin, elle aperçut aussi une jeune fille aux yeux rouge, vêtue d'une écharpe de la même couleur et d'un poncho. N'était-ce pas elle qui jouait du piano, tout à l'heure ?
Les londoniens commençaient à s'énerver, et la cantatrice elle-même sentit l'impatience la gagner. Que se passait-il donc ?
Janice regarda promptement le décor. Une grande estrade était installée, et l'on pouvait clairemant distinguer deux hommes, l'un vêtu de blanc et assez jeune, qui semblait être "M", l'autre assez âgé, sans doute un majordome tenant une tasse de thé, ce qui rapella le professeur à la jeune femme.
A côté de l'estrade, se tenait une machine plutôt colossale, dont la forme était assez spéciale.
Qu'est-ce que c'est ? Une machiner à voyager dans le temps ? se demanda la jeune cantatrice.
Elle n'avait pas oublié cette récente affaire avec Bill Hawks. Quelle histoire ! Et dire que ses plans étaient censées être détruits...Il y avait fort à douter...
Soudain, une petite fille se présenta sur l'estrade. Elle devait avoir sept ou huit ans, même si cela ne voulait absolument rien dire. La couleur bleu dominait, et malgré sa taille, on la voyait assez bien
Mais c'est...Andréa Heart ?! Qu'est-ce...
La jeune rousse n'en croyait pas ses yeux. C'était bien la même personne qu'elle avait croisé l'autre soir et qui avait dit n'être au courant de rien. Incroyable...
Andréa s'approcha du micro.
Il va être trop grand pour elle, songea Janice.
Gagné. La fillette ne tarda pas à faire la moue en voyant que le micro n'était pas à sa taille, mais elle le descendit, et une fois réglé, tapota dessus pour s'assurer qu'il fonctionnait.
La jeune rousse sourit. Il faut dire qu'elle avait l'habitude.
-S'il vous plaît, calmez vous...murmura timidement Andréa.
La foule jusque là bruyante et coléreuse consentit à se taire, laissant parler la petite fille qui continua :
-Bonjour à tous...
Et elle s'arrêta là. Janice connaissait bien le trac, et elle savait ce qu'Andréa devait ressentir. Surtout que, vu son expression, elle ne semblait pas vraiment enchantée d'être là.
Avait-elle pour mission de rassurer les londoniens ? Si oui, elle allait avoir du mal. Les londoniens voulaient plus que du réconfort : des réponses...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 5 Avr - 18:54

Il y avait plus de monde qu’il ne l’espérait ; ils étaient presque aussi nombreux que la première fois. Le brouhaha était d’ailleurs proportionnel à la masse. Malgré le micro de la jeune Andréa Heart, les timides mots qui sortaient de sa bouche devenaient inaudibles, aisément couvert par les conversations de la foule. Georges entreprit donc d’aider cette dernière et s’approcha de « la petite fille » avant de frapper des mains dans son propre micro. L’écho amplifié qui s’échappait du claquement rebondissait contre les vieilles bâtisses de Londres.

« S’il vous plait mesdames et messieurs, un peu de calme… Melle Heart aimerait commencer son discours… »

Il jeta un regard bien bienveillant à la concernée qui semblait littéralement livide et tétanisée.

« Melle Heart… Voulez-vous bien expliquer aux Londoniens ici présent votre fonction au sein du gouvernement ?.. »

Il était parfaitement conscient que sa tâche était difficile. S’il le fallait, le vieil homme continuerait d’enchainer les questions afin de lui permettre d’établir, dans un premier temps, le contact avec les habitants…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 996
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 20
Localisation : Quarante-deux.

Feuille de personnage
Âge: 7
Picarats: 140
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 5 Avr - 21:02

« Melle Heart… Voulez-vous bien expliquer aux Londoniens ici présents votre fonction au sein du gouvernement ? »

Finalement, le regard bienveillant qu'il avait lancé à la jeune fille en même temps que cette question censée l'aider dans sa tâche lui fit comprendre que non, finalement, il ne comptait pas rester les bras croisés pendant qu'elle se faisait ridiculiser devant la foule. Non, elle n'était pas seule. C'était déjà ça.

« Eh bien... commença-t-elle. Il me fut proposé d'aider à rétablir l'ordre suite aux événements d'hier, et je tâcherai d'y réussir. Je ne vois pas vraiment quoi ajouter... »

Quelle bonne blague. Une adolescente étrangère, même pas majeure, qui semblait même ne pas avoir dix ans, qui faisait de la politique. Si on lui demandait de rassurer les Londoniens, elle était plus persuadée encore que jamais que ce n'était pas gagné.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quelques notes de mes plus grands lecteurs :

« Alors là… tu as fait fort. :') »
« Je n'y aurais jamais pensé ; Haut-de-forme Chapeau bas ! »
« JE T'OFFRE LE PRIX DE LA MEILLEURE FICTION DE CE FORUM!!! *o* »
« Y'a pas à dire, t'écris des perles ! »
« Quelle cruauté de nous faire attendre pour la suite ! :'( »

Attention : Ce membre est une écrivaine complètement folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Jeu 11 Avr - 21:40


« Eh bien... commença-t-elle. Il me fut proposé d'aider à rétablir l'ordre suite aux événements d'hier, et je tâcherai d'y réussir. Je ne vois pas vraiment quoi ajouter... »

Comme un silence gênant s’ensuivit, il n’hésita plus. L’homme environ âgé d’une trentaine d’année dont le regard était dur et froid leva la main afin qu’on lui apporte un micro et demanda d’une voix forte en le portant près des lèvres :

« Est-ce encore une blague de ce sale gamin au monocle ?! On s’est rassemblé ici parce que cette foutue lettre nous disait où rencontrer le fameux bras droit de M !! »

Même si la foule demeurait globalement silencieuse, des chuchotements probablement à caractère interrogatif fusaient dans tous les sens.

« Mais qui est ce M qui nous a envoyé cette lettre ? Ça m’a intrigué, c’est pour ça que je suis venu... » demanda d’une voix timide un vieillard tremblotant.

« Tu le fais exprès vieux débris ? Ca me parait pourtant évident !! ‘‘M’’ c’est comme ça que ce prénomme cet imbécile d’envoyé du gouvernement !! Il se paie de notre tête en nous envoyant ces lettres !! »


Il tourna rapidement la tête vers Andréa et lui lança un regard glacial :

« J’étais venu pour voir qui avait on envoyé pour se moquer de nous mais ce n’est qu’une mioche ! Il t’a bien bernée ! Pourquoi choisir une gamine pour venir raconter des salades sur la place Picadilly ?! »

Comme si la haine de l’homme se propageait, des hommes et des femmes élevèrent également la voix, certain contestant ou d’autre acquiesçant les paroles de ce dernier. C’est vrai : la lettre disait que le porte-parole qui devait servir d’intermédiaire entre M et le peuple tiendrait un discours sur la place Piccadilly. Pourquoi une si jeune enfant se tenait-elle debout toute seule devant la place .. ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 996
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 20
Localisation : Quarante-deux.

Feuille de personnage
Âge: 7
Picarats: 140
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Jeu 16 Mai - 19:38

Le silence retomba, plus embarrassant que jamais ; Andréa regretta d'avoir répondu d'une manière aussi sotte. Mais, après tout, que pouvait-elle dire d'autre ?
Soudainement, un homme leva la main pour réclamer un microphone, qu'on lui offrit quasiment aussitôt. Il se plaignit avec vigueur du ridicule de la situation, déchaînant sa haine sur le bras-droit plutôt que sur le supérieur absent ; mais c'était à peu près logique, puisqu'elle était probablement la plus apte à transmettre le message que personne n'était dupe.
Finalement, il fit quelque chose que la jeune fille espérait qu'il ne fît jamais : il tourna rapidement la tête vers elle et lui lança un regard glacial tout en lui parlant. Car oui, elle avait osé trouver un semblant d'espoir d'échappatoire à partir du moment où, attirant toute l'attention vers lui, il s'adressait à sa place à la foule. Mais pourquoi n'en avait-elle pas profité pour s'échapper en douce ?

« J’étais venu pour voir qui avait-on envoyé pour se moquer de nous, mais ce n’est qu’une mioche ! »

"Une mioche de seize ans", eut-elle ajouté si cela avait eu un sens. Mais cela n'en avait aucun. Sept ou seize ans, cela ne changeait rien en pareille occasion. Et son esprit eut le sarcasme de lui rappeler pourquoi :
#001 ~ Tu restes mineure quand même.
#002 ~ Tu es toujours aussi nulle en politique.
#003 ~ Franchement, même si ça se voyait que tu avais seize ans, tu n'en serais même pas plus crédible.
# Point bonus ~ Tu es dans de beaux draaaaps ~ ♪


L'adolescente en effet avait deux principaux moyens d'essayer de calmer son stress et sa pression : rager, ou le prendre avec sarcasme afin de tenter de faire semblant d'être plus sûre d'elle.
En attendant, l'homme avait repris :

« Il t’a bien bernée ! Pourquoi choisir une gamine pour venir raconter des salades sur la place Picadilly ?! »

Pour qu'elle se prenne les tomates à sa place ? osa-t-elle songer, toujours avec la même ironie. Mais, après tout... c'était vrai. Elle était là pour raconter des salades. Elle avait certainement été envoyée là pour passer un sale quart d'heure à la place de M (et puis, lui semblait avoir autre chose à faire, au vu de son attitude particulièrement pressée la dernière fois qu'elle l'avait vu). Mais le pire... était qu'elle le savait. Elle avait même préparé ce fameux discours ; certes, il devait être tard pour qu'il fût aussi peu crédible, mais cela prouvait qu'elle savait tout cela.
Comme si la haine de l’homme se propageait, des hommes et des femmes élevèrent également la voix, certains contestant ou d’autres acquiesçant les paroles de ce dernier. Il fallait faire quelque chose, et vite. Mais quoi ?!

Cela ne servait à rien de tenter de les calmer. C'était perdu d'avance.
Qu'y avait-il d'autre comme options ? Elle ne voyait strictement rien. Dans un dernier espoir, l'ancienne universitaire se retourna vers le vieux majordome, l'implorant de son regard terrorisé. Il n'y avait tout simplement plus rien qui parût à sa portée. La seule solution qui lui semblait raisonnable résidait dans une fuite bien lâche.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quelques notes de mes plus grands lecteurs :

« Alors là… tu as fait fort. :') »
« Je n'y aurais jamais pensé ; Haut-de-forme Chapeau bas ! »
« JE T'OFFRE LE PRIX DE LA MEILLEURE FICTION DE CE FORUM!!! *o* »
« Y'a pas à dire, t'écris des perles ! »
« Quelle cruauté de nous faire attendre pour la suite ! :'( »

Attention : Ce membre est une écrivaine complètement folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 17 Mai - 21:17



Il lui rendit un regard bienveillant qui lui fit comprendre que tout allait s’arranger. En attendant, la pauvre jeune fille était mal à l’aise et totalement désœuvrée. Le majordome s’avança de nouveau sur la scène et s’empara d’un micro. Une voix forte, il demanda aux Londoniens révoltés de se calmer.

« Mesdames et Messieurs, l’heure est grave, commença-t-il d’un ton ferme, il serait fâcheux de perdre son sang-froid alors que nous sommes porteurs de nouvelles. Nous avons constaté en effet que les rotatives des journaux ainsi la radio ont été mis hors service... Il est donc impossible d’avoir une source plus officielle. »

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Premièrement, montrer que l’on se tenait au courant des problèmes rencontrés. Mais le brouhaha retentissait toujours. Certains d’entre eux se mettaient même à hurler, faute de micro, qui était ce vieillard inconnu qui se tenait sur la scène. Ce dernier étant loin d’être sourd, il les entendit.

« Je ne suis pas en effet une figure connue et encore moins un politicien, je ne suis qu’un simple majordome. » répondit-il simplement en haussant sa voix grave qui, néanmoins, gardait une tonalité calme. « Je m’appelle Georges Brinson, je suis chargé de vous informer sur des dernières nouvelles sur le drame qui vient d’ébranler Londres. »

Il avait fait exprès de mettre l’accent sur le mot « nouvelles » en le répétant avant de titiller leur désir : en effet, les Londoniens étaient coupés de la radio et même de la télévision tandis qu’aucun journal n’avait pu être imprimé. La première cause de leur énervement était d’avoir été laissés dans le flou pendant plusieurs jours. Les decibels émises par les voix de la foule baissèrent radicalement, tous se questionnaient sur la raison de la présence d’un vieux majordome plutôt que d’un politicien ou au minimum, un homme qui travaillait dans le domaine de l’administration du pays… Il n’en était rien et cela paraissait aussi incongru qu’intriguant. Le calme de la foule à peu près retrouvé, Georges continua sur sa lancée :

« Cette jeune fille, Andréa Heart, vient de dire une dernière chose qui était intéressante, affirma-t-il en tendant sa main vers la foule, ne l’avez-vous pas entendue ? Vous monsieur qui êtes si énervé ne l’avez-vous pas entendue ? »

Le concerné ne répondit rien et se contentait de fixer du regard le majordome en croisant les bras. Il porta finalement le micro à sa bouche :

« Je ne sais plus, qu’elle avait 16 ans non ? Et alors ?! Qu’est-ce que ça change ?! Envoyer une gamine comme ça bégayer sur la place Picadilly c’est juste se payer de nos têtes !.. »

« Et où voyez-vous une adolescente de 16 ans monsieur ? Où ? »

Les yeux étaient désormais fixés sur Andréa, examinée et scrutée de la tête aux pieds. Elle affichait de la gêne à être ainsi la cible des regards d’une foule immense, c’était compréhensible. Mais avec cette moue un peu enfantine, ils purent estimer son âge qui ne devait pas excéder 7-8 ans… En apparence du moins.

« Elle a été aussi… »

« Oui elle aussi est une victime du bouleversement. » déclara Georges en hochant la tête. « C’est une victime comme vous et moi. Comme tout le monde ici présent. »

De nouvelles discussions fusèrent, les londoniens étaient plus ou moins perplexes. Il fallait donc anticiper :

« Si l’actuel dirigeant provisoirement choisi a choisi cette jeune fille pour vous parler aujourd’hui, c’est pour une raison bien précise. Melle Heart désire plus que tout retourner à notre époque d’origine. »

« Comment ? C’est possible ?! » s’écria l’homme.

Georges ferma les yeux et prononça avec un visage grave :

« Oui. D’après M, il est désormais possible de rétablir la situation. Mais pour réparer un problème d’une telle envergure, des mesures importantes sont nécessaires… De plus, il exige une énorme somme d'argent en échange. Vous êtes sans doute plusieurs à savoir que notre mystérieux dirigeant était présent sur la place Picadilly le 21 décembre… Cet homme excentrique est en réalité l’auteur même de la machine qui nous a plongé aujourd’hui dans cet enfer. » dit-il en prenant un air sévère. « N’est-ce pas Melle Heart ? Vous l’avez rencontré en personne il me semble... »

Il lisait son regard rempli d'incompréhension. La situation pouvait être rétablie ? Ce n'était pas qu'elle avait ouïe dire lors de cet entretien en question. L'enjeu était aujourd'hui de calmer les tensions et non de s'interroger sur la vérité.

C’était, probablement à son désarroi, à nouveau à son tour de prendre la parole. Mais le regard de Georges l'invitait à parler naturellement. Elle était libre de dire ce qu'elle voulait mais elle devait avant tout rassurer les Londoniens. A elle de faire preuve d'audace... Ou pas.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 996
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 20
Localisation : Quarante-deux.

Feuille de personnage
Âge: 7
Picarats: 140
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 17 Mai - 21:53

Spoiler:
 

Andréa ne comprenait plus rien. M lui avait affirmé qu'il n'y avait aucun moyen de revenir à l'époque d'origine, et le majordome venait de jurer le contraire. Et de lui demander de le confirmer, en plus.
Mais, justement, elle se souvint de son véritable rôle : ce n'était pas donner la vérité. C'était rassurer les gens. Et il était certain qu'elle ne pouvait rassurer personne en leur disant que rien ne pourrait arranger la situation.
Mais, d'autre part, M allait avoir besoin d'argent... Qu'avait-il en tête ? Quelle ironie, tout de même : elle n'était même pas fichue de savoir pourquoi elle l'aidait.
Mais cela ne changeait rien au fait qu'elle devait parler. La jeune fille inclina légèrement la tête, rajustant ses lunettes tout en inspirant pour retrouver son calme et un air un peu plus sérieux.

"En effet, je l'ai rencontré. Et... même si je doute autant que vous tous d'être la personne la mieux placée pour ça, je vais faire de mon mieux pour tout arranger."

Aïe. Quelque chose qu'il ne fallait peut-être pas dire.

"Ce M n'est malheureusement pas très généreux dans ses explications, même avec moi ; mais il est le seul à vraiment savoir ce qui se passe, et je compte bien tout faire pour l'apprendre -- et vous l'apprendre, bien sûr.
Certes, c'est loin d'être une source fiable : l'un de ses premiers "aveux" a été d'affirmer son innocence dans l'affaire en affirmant que les politiciens l'auraient en fait utilisé comme cobaye dans une expérience avec la machine à voyager dans le temps, donc c'est une preuve que ses propos sont à prendre avec des pincettes. Mais c'est le seul moyen d'en apprendre plus.
Comme l'a affirmé Mr. Brinson, nous sommes dans le même cas que vous, et je crois que vous vous doutez tous que je rêverais de regagner mes seize ans. Alors tout ce que je vous demande, c'est que vous me faites confiance ; si vous ne pouvez pas avoir confiance en M, ce que je comprends tout à fait, alors faites-moi confiance. Je compte bien tout faire pour obtenir plus de renseignements, et vous informer le plus tôt possible sur les dernières nouvelles."


Elle se tut, considéra un instant la foule qui avait marqué un temps de pause durant un instant qui parut durer des siècles pour elle. Puis enfin elle se rendit compte d'une chose : elle avait réussi à balancer un semblant de discours qui, en une telle situation, lui paraissait à peu près potable. Sans aucune note faite au préalable. Mais cela allait-il être suffisant...?

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quelques notes de mes plus grands lecteurs :

« Alors là… tu as fait fort. :') »
« Je n'y aurais jamais pensé ; Haut-de-forme Chapeau bas ! »
« JE T'OFFRE LE PRIX DE LA MEILLEURE FICTION DE CE FORUM!!! *o* »
« Y'a pas à dire, t'écris des perles ! »
« Quelle cruauté de nous faire attendre pour la suite ! :'( »

Attention : Ce membre est une écrivaine complètement folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1074
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 18
Localisation : Cherchez pas vous trouverez pas

Feuille de personnage
Âge: 13
Picarats: 160
Pièces SOS: 3

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Dim 19 Mai - 13:53


Évidemment, c'était tout de même assez étrange de voir une gamine de sept à huit ans sur le siège politique d'une affaire hautement problématique. De plus, son intelligence faisait toute la différence. Même si Luke est là pour nous montrer que l'âge importe peu...

Allons, récapitulons. La jeune Andréa Heart serait devenue un membre du gouvernement sous les ordres de M pour trouver la solution à cet évènement pour le moins étrange? A un moment donné, Luke avait failli croire à une prise d'otage, faut dire que ce M était bien plus louche et suspect qu'autre chose... C'était bien trop anormal comme situation. Il fallait que Luke trouve des réponses à ses questions qui le taraudait depuis voilà maintenant quelques jours.

Ainsi, Luke leva son index en direction du piédestal ou siégeait les deux politiciens. Il prit une grande inspiration, afin que le majordome et le nouveau bras droit de M puissent l'entendre clairement. Avec un petit sentiment de rage, Luke cria à travers la foule.

Spoiler:
 

« Désolé d'interrompre votre joyeux discours, mais j'aimerais bien demander quelque chose concernant "Monsieur l'envoyé du gouvernement"!! »

« C'est bien LUI qui avait montré à tous la superbe machine qui nous a fait subir ce changement n'est-ce pas? Et il avait l'air de l'admirer en plus !»

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

« De plus, il n'a étrangement subi aucun changement contrairement à nous tous! C'est pour le moins suspect... »

« Tout porte à croire que c'est bien de sa faute qu'on se trouve dans cet état-là! Et vous aimeriez nous faire croire qu'il fait tout pour pouvoir revenir à notre époque? Ne serait-il pas plutôt à l'origine de ceci avec un but précis en tête?»


Puis il se tourna vers Andréa avec une moue d'enfant.

« Je serais curieux de savoir de quoi vous avez discuté là-bas avec lui... »



Dernière édition par Luke Triton le Sam 22 Juin - 23:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Mar 28 Mai - 18:35

Il était normal d’être consolé par des mots tout en étant conscient qu’ils n’étaient pas très durs à trouver, surtout compte tenu des circonstances qui les accablaient mais surtout, les terrifiaient. C’était cette peur qui était à l’origine de leur colère.

- En effet, je l'ai rencontré. Et... même si je doute autant que vous tous d'être la personne la mieux placée pour ça, je vais faire de mon mieux pour tout arranger.

C’était plutôt dur de la croire, surtout qu’elle ne semblait même pas se faire confiance à elle-même. Mais en un sens, son honnêteté ne faisait aucun doute : elle avait beau avoir seize ans en réalité mais n’en paraître que sept, elle était seule face à un personnage qui semblait prendre un malin plaisir à mener les gens en bateau. Pire, elle était censée être son bras droit. Comment espérait-elle prendre le dessus sur lui ? Sur quoi était donc basée leur relation ? Son statut de victime ne rassura les londoniens que pour un temps et l’inquiétude avait déjà refait surface avec une nouvelle question : allaient-ils vraiment retrouver leur âge et époque d’origine ?...

- Ce M n'est malheureusement pas très généreux dans ses explications, même avec moi ; mais il est le seul à vraiment savoir ce qui se passe, et je compte bien tout faire pour l'apprendre -- et vous l'apprendre, bien sûr.

Certes, c'est loin d'être une source fiable : l'un de ses premiers "aveux" a été d'affirmer son innocence dans l'affaire en affirmant que les politiciens l'auraient en fait utilisé comme cobaye dans une expérience avec la machine à voyager dans le temps, donc c'est une preuve que ses propos sont à prendre avec des pincettes. Mais c'est le seul moyen d'en apprendre plus.

Comme l'a affirmé Mr. Brinson, nous sommes dans le même cas que vous, et je crois que vous vous doutez tous que je rêverais de regagner mes seize ans. Alors tout ce que je vous demande, c'est que vous me faites confiance ; si vous ne pouvez pas avoir confiance en M, ce que je comprends tout à fait, alors faites-moi confiance. Je compte bien tout faire pour obtenir plus de renseignements, et vous informer le plus tôt possible sur les dernières nouvelles.


Le silence s’installa. Certes, certains demeuraient encore sceptiques mais si les battements de cœurs pouvaient s’entendre sans avoir besoin de coller son oreille via un stéthoscope, les bâtiments sur la place Picadilly auraient tremblé. Ces derniers mots avaient ranimé l’espoir, dont les cendres n’étaient pas aussi froides qu’on le pensait. Son apparence d’enfant aidant -en plus de son visage sérieux-, il était difficile de croire qu’elle était en train de mentir. De leur mentir surtout. Car l’innocence ne ment pas.

Le temps d’encaisser les nouvelles informations, un nouveau petit brouhaha de chuchotement s’élevait peu à peu. Peu en effet, accordait du crédit à la version de M : même si l’écrasante majorité des londoniens le détestaient, cette histoire ne tenait pas la route. Pour quelle raison le gouvernement aurait-il décidé de créer une nouvelle machine ? Avait-il déjà oublié le scandale qui avait secoué l’Angleterre il y a peu de temps ?..

Un jeune garçon coupa net les réflexions personnelles et parla d’une voix forte dans le micro passé de main en main.

- Désolé d'interrompre votre joyeux discours, mais j'aimerais bien demander quelque chose concernant "Monsieur l'envoyé du gouvernement"!! C'est bien LUI qui avez montré à tous la superbe machine qui nous a fait subir ce changement n'est-ce pas? Et il avait l'air de l'admirer en plus ! De plus, il n'a étrangement subi aucun changement contrairement à nous tous! C'est pour le moins suspect... Tout porte à croire que c'est bien de sa faute qu'on se trouve dans cet état-là! Et vous aimeriez nous faire croire qu'il fait tout pour pouvoir revenir à notre époque? Ne serait-il pas plutôt à l'origine de ceci avec un but précis en tête ?

Puis il se tourna vers Andréa avec une moue d'enfant.

- Je serais curieux de savoir de quoi vous avez discuté là-bas avec lui...

Georges réprima un sourire mais n’en fut pas moins content de trouver un jeune garçon aussi vif d’esprit dans cette foule. La jeune "enfant" lui jeta un œil discret et le vieux majordome devina ses pensées. De quoi avait-elle peur ? M ne lui avait jamais spécifier de garder secret le peu d'informations qu'il lui avait transmis. De plus, elle en avait déjà dit une partie alors autant continuer sur sa lancée. Si M s'en retrouvait fort contrarié, ça serait de sa faute, il n'avait qu'à lui préciser de se taire !

C'est donc avec un sourire malicieux "intérieur" que le vieux majordome attendait la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 996
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 20
Localisation : Quarante-deux.

Feuille de personnage
Âge: 7
Picarats: 140
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Sam 1 Juin - 17:16

Lorsqu'Andréa jeta un rapide coup d’œil interrogateur derrière elle, elle n'obtint de la part du domestique rien de plus qu'un semblant d'approbation. En effet, non seulement elle avait déjà commencé à raconter ce qu'elle "savait", mais en plus M ne lui avait en effet jamais explicité qu'elle n'était pas autorisée à répéter ce qu'il lui avait dit. Certes, il avait spécifié qu'une quelconque traitrise de sa part serait bien mal reçue, aussi devait-elle rester le plus prudente possible ; mais elle pouvait bien retourner la situation en sa faveur s'il ne détaillait pas ses requêtes plus précisément, et ne lui précisait pas ce qu'elle ne devait pas faire.
Non, décidément, elle n'avait rien à craindre à tout dire. Pour le moment, du moins.

"Vous pouvez vous en douter, le premier sujet de discussion tourna autour de ces questions que nous nous posons tous à propos de cette fameuse machine... Mais comme je vous l'ai dit, tout ce que M a dit n'est pas forcément la vérité pure -- et j'en doute même beaucoup."

Mais, évidemment, ce n'était pas cela le plus important à dire, aussi l'enfant se décida-t-elle enfin à aller droit au but, racontant enfin ce que l'assemblée voulait entendre :

"D'après lui, le gouvernement lui aurait confié les plans de la machine à voyager dans le temps d'il y a deux ans ainsi qu'une petite fortune, probablement pour financer ses recherches afin de recréer une machine qui serait en état de fonctionnement. Il est évident que nous pouvons nous demander pourquoi le gouvernement aurait d'une part conservé des plans que nous croyions tous détruits, d'autre part désiré reconstruire une machine qui, pour rester polie, n'a fait jusqu'à maintenant que nous causer de gros ennuis, en plus d'avoir un rôle particulièrement inutile, avouons-le. Mais là, je suppose que je ne vous apprends rien sur ce point. Sérieusement, personne n'a à réfléchir longtemps pour se rendre à l'évidence que les voyages temporels sont non seulement totalement inutiles, loufoques, et bien évidemment dangereux : donc le gouvernement y aurait certainement pensé, à moins d'être particulièrement idiot ou d'avoir une mémoire courte au point d'avoir oublié les événements d'il y a deux ans. Quoique, il paraît que l'intelligence serait liée à la mémoire, donc d'un certain côté ça se tient. Mais nous savons tous que ce genre de description ne concerne absolument pas les membres de notre gouvernement. Il n'est donc pas difficile de se douter que quelque chose ne tourne pas rond autour de cette première affirmation : soit M ment et s'est débrouillé pour se procurer des plans qui sont censés avoir disparus, et ce en recourant probablement à des moyens peu orthodoxes et légaux, soit le gouvernement avait une bonne raison pour lui procurer ces plans. Nous pourrions également considérer le cas où, au lieu de parler du gouvernement en général, une seule personne du monde politique lui aurait tout donné... si M n'avait pas affirmé peu après, lorsqu'il racontait les coulisses de l'expérience du 21 décembre, qu'il était alors entouré de tous les membres du gouvernement les plus haut placés, ce qui les inclurait tous d'office dans cette affaire. Mais encore une fois, je crains qu'il soit désormais le seul témoin de l'expérience encore vivant..."

Andréa se mordit la lèvre et baissa le regard en faisant une petite grimace, se souvenant encore de l'odeur des cadavres décomposition avancée. Elle ne fit cependant pas attention aux regards interrogateurs de la foule, continuant dans sa lancée comme si de rien n'était :

"Tant que nous y sommes, parlons-en, de cette fameuse expérience. La version de M serait que, une fois qu'il eut terminé la conception de la machine, les membres du gouvernement -- dont en particulier notre cher Premier ministre -- l'auraient convoqué pour mener l'expérience. Il aurait alors été assommé puis enfermé dans la fameuse machine afin de servir de cobaye."

La plus grande ironie et un incroyable scepticisme se mélangeaient dans ses dernières paroles, montrant qu'elle n'y croyait véritablement pas un mot ; ou, du moins, considérait ces faits comme relativement improbables.

"L'expérience aurait ainsi été en réalité menée par Bill Hawks, qui en effet avait un passé brillant dans ce domaine, et la machine étant bien évidemment parfaite, l'erreur était humaine, comme toujours."

Elle ferma les yeux en baissant très légèrement la tête, juste le temps de rajuster ses lunettes tout en soupirant.

"Bref ; personnellement, ce récit me paraît tout simplement hautement improbable, tout simplement parce que si, en effet, tout est juste, alors M n'aurait tout simplement pas pu assister à l'expérience, et serait donc totalement incapable d'en narrer les faits avec une si grande précision : en effet, n'avait-il pas dit qu'il s'était fait assommer ? À moins que l'expérience nécessite que le cobaye soit réveillé, il n'y avait strictement aucun intérêt à attendre que M se soit remis du choc pour commencer l'expérience : et il me semble donc particulièrement improbable qu'il soit au courant du déroulement de l'expérience avec autant de précision alors qu'il était inconscient sur le moment. Sauf s'il aurait été assez perspicace pour deviner tout ceci une fois réveillé, mais au vu de la grande précision de ses propos et du manque d'indices qui auraient dû vraisemblablement se trouver sur place, cela me semble aussi hautement improbable que tout le reste."

Par "indices qui eussent dû vraisemblablement se trouver sur place", elle pensait bien évidemment en premier aux cadavres en état de décomposition avancée. Mais également du fait qu'il fût à l'intérieur de "sa" machine, et qu'il l'eut éventuellement trouvée allumée. Et peut-être la douleur d'éventuelles traces de coups, vestiges de l'attaque qui eut été portée sur lui. Pour elle, tout ceci était... Ah ben si, c'était suffisant pour en déduire quelque chose. Surtout si on était l'auteur de la machine et qu'on avait peut-être encore en mémoire le contexte. Il suffisait d'être un minimum perspicace -- et M l'était --, et il devenait possible de retracer un scénario solide, bien que peu probable.
L'ancienne universitaire rechercha des éléments qu'il n'eut pas pu connaître en raison de son inconscience mais qu'il eut malgré tout mentionnés, sans succès. Elle eut beau fouiller sa mémoire, rien dans ses paroles n'était incohérent avec le fait qu'il n'eût pas été directement témoin de la scène, et eut donc pu prouver qu'il avait menti.

Ça y est, tu as gaffé ~ lui répliqua alors sa logique sarcastique.

HS:
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quelques notes de mes plus grands lecteurs :

« Alors là… tu as fait fort. :') »
« Je n'y aurais jamais pensé ; Haut-de-forme Chapeau bas ! »
« JE T'OFFRE LE PRIX DE LA MEILLEURE FICTION DE CE FORUM!!! *o* »
« Y'a pas à dire, t'écris des perles ! »
« Quelle cruauté de nous faire attendre pour la suite ! :'( »

Attention : Ce membre est une écrivaine complètement folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 28 Juin - 0:53

Honnêtement, il ne s’y attendait pas.

Andréa Heart était clairement sceptique quant à la véracité des informations dont elle disposait. Il ne lui avait pourtant pas semblé avoir décelé énormément de méfiance pas plus tôt qu’hier après-midi… Et pourtant aujourd’hui elle remettait tout en question, devant une foule de Londoniens. Etait-ce une façon de gagner leur confiance en leur démontrant qu’elle n’était pas une écervelée qui buvait simplement les paroles de son supérieur ?

« J’ai une question… »

C’était l’homme qui s’était emporté facilement il y a quelques instants. Il semblait désormais beaucoup plus calme.

« Tu ne risques pas de te faire virer en nous disant tout cela ? Il est peut-être en train de nous surveiller en ce moment même ! »

C’était la question que tout le monde se posait, sans pour autant oser à la dire à voix haute. Tout en se raclant la gorge, Georges entreprit lui-même d’y répondre.

« Pas de panique. Il n’est pas à Londres actuellement… Mais il vrai qu’il se pourrait très bien qu’il y a des micros ou caméras qui nous filment. On ne peut pas exclure cette possibilité au vu de ses capacités. Cependant, laissez-moi vous rappeler son objectif : il a désigné Andréa Heart pour apaiser les tensions et éviter que nous, londoniens, ne nous rebellions contre lui. Il ne se serait pas donné cette peine si nous n’étions pas susceptibles de compromettre ses plans… »

Il marqua une petite pause, laissant les londoniens considérer la situation :

« Comprenez-vous ?... La balle est dans notre camp ! Mais si nous nous soulevons maintenant, nous perdrons peut-être l’occasion d’en savoir plus sur ce fameux moyen pour retourner à notre époque normale… »

Silence dans la foule. Cependant, il était différent de tous les précédents : la foule ne trouvait rien à redire et méditait sur ces paroles pleines d’espoir. Il fallait attendre, simplement. Attendre et leur faire confiance pour le moment. Croire ou ne pas croire aux paroles de M n’allaient rien leur apporter dans l’immédiat. Ce dernier avait en effet dit, sur cette même place qu’il n’y avait aucun moyen de retourner à leur époque d’origine, et voilà que tout à coup, ses bras droit affirment le contraire. Mais où était donc cette fichue vérité ? Que pouvaient-ils faire à part s’insurger de la sorte ? Il fallait faire profil bas pour le moment et collecter le plus d’informations : voilà ce qu’essayait de faire ce vieillard et cette fillette. Ce qui comptait, c’était un futur sauf…

…Excepté que la recherche du passé permet parfois de faire le pont entre le présent et le futur.

*BAKOOM*

Un bruit assourdissant envahit soudainement la place. Comme le premier jour, la place Piccadilly fut secouée à nouveau de tremblements qui grondaient mais en revanche, qui s’espaçaient idem au tic-tac régulier d’une montre. Quelques micros tombèrent au sol et roulèrent, tout en grésillant. La foule fut d’abord surprise mais se figea, attendant la source de cette anomalie se manifester.

Et leurs craintes se concrétisèrent.

Des monstruosités de fer aussi grandes que des immeubles s’approchèrent lentement de la place, agrippant de leur énormes « mains » mécaniques des habitations et bâtiments désormais effrités sous le poids de l’acier. Elles se mouvaient avec un semblant de volonté et se dirigèrent vers la place, écrasant tout sur son passage. Mais d'où pouvaient-t-elles provenir ?!

« Impossible…. » souffla Georges, abasourdi devant la scène. « Ça ne devait… Ça ne pouvait pas arriver !! »

Sautant de l’estrade avec une énergie insoupçonnée pour un vieil homme de son âge, il se rua à travers la foule pour faire face aux trois machines infernales qui détruisaient le décor, créant une volée de poudres, de poussières et de débris dangereux tels que des morceaux entier de toits ou de ciment. Après avoir dirigé sa main qui devait sans aucun doute, détenir un dispositif destiné à les arrêter, il se retourna vers la foule et leur cria :

« Allez-vous réfugier dans le métro !! »

Le geste froid et rapide du bras de la machine rasa le toit d’une habitation, dont les débris des étages s’écrasèrent sur la place et sur l’estrade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 996
Date d'inscription : 21/04/2012
Age : 20
Localisation : Quarante-deux.

Feuille de personnage
Âge: 7
Picarats: 140
Pièces SOS:

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 28 Juin - 11:15

« J’ai une question… »

C’était l’homme qui s’était emporté facilement il y a quelques instants. Il semblait désormais beaucoup plus calme, à sa grande surprise comme à son grand soulagement.

« Tu ne risques pas de te faire virer en nous disant tout cela ? Il est peut-être en train de nous surveiller en ce moment même ! »

Andréa était sur le point de répondre, mais le majordome la devança en donnant plus de précisions encore.

« Pas de panique. Il n’est pas à Londres actuellement… Mais il vrai qu’il se pourrait très bien qu’il y a des micros ou caméras qui nous filment. On ne peut pas exclure cette possibilité au vu de ses capacités. Cependant, laissez-moi vous rappeler son objectif : il a désigné Andréa Heart pour apaiser les tensions et éviter que nous, Londoniens, ne nous rebellions contre lui. Il ne se serait pas donné cette peine si nous n’étions pas susceptibles de compromettre ses plans… »

Elle sursauta. Comment, le responsable de tout un Gouvernement quittait Londres alors qu'il y avait tant à faire ?! Et qu'allait-il faire là où il allait ?!
C'était donc ce pour quoi il était si pressé, la veille...

Minute. "Il ne se serait pas donné cette peine si nous n’étions pas susceptibles de compromettre ses plans", ça veut dire quoi ?!

« Comprenez-vous ?... La balle est dans notre camp ! Mais si nous nous soulevons maintenant, nous perdrons peut-être l’occasion d’en savoir plus sur ce fameux moyen pour retourner à notre époque normale… »

Silence dans la foule. Cependant, il était différent de tous les précédents : la foule ne trouvait rien à redire et méditait sur ces paroles pleines d’espoir.

Andréa, elle, sentait très mal ces paroles. Quelque chose n'allait pas. M ne laisserait pas faire ça. Jamais, elle en était certaine. S'il n'était pas à Londres, alors cela signifiait qu'il avait certainement prévu quelque chose pour éviter un soulèvement... C'était certain.

Certes, mais quoi ?

M était un ingénieur. Il avait pu fabriquer une machine à voyager dans le temps à peu près fonctionnelle. Ce qui signifiait qu'il pouvait faire à peu près n'importe quel type de machine, à son avis. Et le type auquel elle pensait était bien plus aisé à concevoir à son goût que n'importe quelle machine à voyager dans le temps.

Un bruit d'explosion retentit. Ses pires doutes l'envahirent, semblant se confirmer.

M n'était pas là. Mais quelque chose était probablement là pour jouer son rôle durant son absence.

Elle frissonna, se retournant tout d'un bloc car trop raidie pour pouvoir faire des mouvements fluides. C'était comme si les grondements et tremblements assourdissants qui résonnaient désormais régulièrement dans la place entraient en résonance avec les battements de son cœur.
Non. Ceux-ci accéléraient. C'était donc impossible qu'ils fussent au même rythme.

Son micro vacilla avant de tomber, mais elle ne le releva pas. La scène tout entière tremblait, mais elle restait figée.
Elle n'avait d'yeux que pour l'horrible spectacle qui s'offrait à tous.
Des monstruosités de fer aussi grandes que des immeubles s’approchèrent lentement de la place, agrippant de leur énormes « mains » mécaniques des habitations et bâtiments désormais effrités sous le poids de l’acier. Elles se mouvaient avec un semblant de volonté et se dirigèrent vers la place, écrasant tout sur son passage.

L'enfant était tellement terrorisée qu'elle ne songea même pas à froncer les sourcils alors qu'elle murmurait le nom du coupable auquel elle songeait en premier lieu. Par ailleurs, son murmure avait une tonalité bien plus horrifiée qu'accusatrice.

« Impossible…. » souffla Georges, abasourdi devant la scène. « Ça ne devait… Ça ne pouvait pas arriver ! »

Elle eut un vif sursaut, se retournant aussitôt vers lui. Cela voulait dire qu'il savait. Il savait ce que c'était, d'où cela provenait, et qui en était l'origine -- dans "l'infime" pourcentage de chance où ce n'était pas M lui-même. Elle songea à lui demander, mais ce n'était pas le meilleur moment pour cela. Et puis, sautant de l’estrade avec une énergie insoupçonnée pour un vieil homme de son âge, il s'était déjà rué à travers la foule pour faire face aux trois machines infernales qui détruisaient le décor, créant une volée de poudres, de poussières et de débris dangereux tels que des morceaux entiers de toits ou de ciment.
S'il faisait cela, c'était qu'il avait un moyen d'arrêter ces engins. Et il n'y avait donc pas de problème à rester avec lui, afin de l'interroger plus tard.

« Allez vous réfugier dans le métro ! »

Et pourtant, elle ne le fit pas, se contentant de sauter de l'estrade pour venir le rejoindre. Elle se mordit la lèvre en voyant que l'endroit où elle se trouvait auparavant venait d'être réduit en miettes.

Mais s'il reste là, c'est qu'il n'y a rien à craindre, songea-t-elle.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Quelques notes de mes plus grands lecteurs :

« Alors là… tu as fait fort. :') »
« Je n'y aurais jamais pensé ; Haut-de-forme Chapeau bas ! »
« JE T'OFFRE LE PRIX DE LA MEILLEURE FICTION DE CE FORUM!!! *o* »
« Y'a pas à dire, t'écris des perles ! »
« Quelle cruauté de nous faire attendre pour la suite ! :'( »

Attention : Ce membre est une écrivaine complètement folle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 543
Date d'inscription : 29/09/2012
Age : 22
Localisation : Derrière son écran, en train de noter ton adresse IP et de calculer tes coordonnées sur Google Maps.

Feuille de personnage
Âge: 16
Picarats: 175
Pièces SOS: 1

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Ven 28 Juin - 17:52

Cette allocution de la part du gouvernement semblait bien partie pour durer... C'était en tout cas l'impression qu'avait tout d'abord eue Evan face à l'hésitation de Andréa Heart au moment de prononcer son discours. À part sa vaine tentative, à laquelle elle ne devait elle-même sans doute pas croire, pour rassurer la foule qui s'était amassée devant l'estrade, elle n'était pas parvenue à prononcer le moindre autre mot, visiblement plus pressée de disparaître qu'autre chose. Le bref silence qui s'était tant bien que mal installé plus tôt avait à nouveau fini par se dissiper, laissant place à l'incrédulité et à la colère dans l'audience. Un homme à la mine particulièrement hargneuse s'empara même du micro pour déverser sa sa rage sur ceux qui se tenaient sur la scène improvisée, ce qui ne manqua pas d'envenimer la situation. Quel imbécile... Ses gesticulations pathétiques ne faisaient que ralentir cette réunion déjà fort ennuyeuse, et l'adolescent avait autre chose à faire que de perdre son temps à écouter des inepties pareilles.

Fort heureusement, le vieillard qui accompagnait la jeune fille semblait s'être enfin décidé à faire cesser ces enfantillages. Enfin une personne qui faisait preuve d'un minimum de bon sens, parmi tous ces individus haineux... Saisissant le micro, il rappela à l'ordre les habitants qui s'agitaient dans cette cohue et entreprit de poursuivre lui-même le semblant de discours qui avait été interrompu.

"Je ne suis pas en effet une figure connue et encore moins un politicien, je ne suis qu’un simple majordome. Je m’appelle Georges Brinson, je suis chargé de vous informer sur des dernières nouvelles sur le drame qui vient d’ébranler Londres."

Ce n'était donc pas un homme politique, comme le jeune homme avait pu le présumer plus tôt. Il remontait déjà un peu dans son estime. Au moins, contrairement aux politiciens, ce vieil homme avait davantage de chances de dire la vérité... Simplement, cela ne pouvait pas être aussi simple que ça. D'après ses dires, il n'était qu'un simple majordome. Mais que pouvait donc bien faire un maître d'hôtel en plein milieu d'une annonce de la part du gouvernement ? L'hypothèse la plus vraisemblable était que son maître soit lui-même à la tête de l'Etat, auquel cas il risquait fort de se conformer à sa pensée...

Et la suite de ce discours n'avait pas fini de surprendre. Le dénommé Brinson tentait de redonner espoir aux habitants en leur faisant miroiter la possibilité d'un retour à leur époque d'origine. De l'autre côté, la jeune fille, qui paraissait avoir repris confiance en elle, faisait de même, en faisant néanmoins part de ses réserves concernant le mystérieux M, qui, semblait-il, n'était pas vraiment disposé à éclaircir la situation. Peu enthousiasmé par cette nouvelle, l'adolescent ne put s'empêcher d'adresser un regard glacial à ceux qui reprenaient espoir sur la place. Il demeurait toutefois sceptique à l'égard des propos qu'il venait d'entendre. N'était-ce pas un moyen comme un autre d'endormir la méfiance de la foule avec des paroles qui, si elles gardaient un fond d'optimisme, ne présentaient toujours aucune piste pour contrer les effets du bouleversement temporel ? Après avoir lu que M pouvait, potentiellement, n'être autre qu'un tyran qui avait l'intention de détruire sa propre machine à voyager dans le temps pour éviter tout retour à la normale, il lui était fort difficile de ne pas en douter.

Par ailleurs, deux éléments en particulier ne lui inspiraient aucune confiance. En premier lieu, le fait que le gouvernement réclame de l'argent pour financer ses recherches afin de mettre un terme à la situation dans laquelle ils se trouvaient le troublait. En sachant que, selon les notes du "voyageur temporel", M était un ingénieur capable de réaliser des machines destructrices - ce que venait corroborer le témoignage du majordome, d'après lequel il était également le concepteur de la machine à voyager dans le temps-, cet argent ne pouvait-il pas servir à des desseins plus sombres que ceux annoncés officiellement ? Aux yeux d'Evan, cette supposition était fort probable… Puis venait ensuite le discours de la jeune Andréa Heart. Elle ne semblait pas dupe des paroles de son commanditaire, ne faisant pas de mystère sur les doutes qu'elle nourrissait à l'égard de ses déclarations. À la demande du jeune garçon en bleu qui se trouvait non loin de lui, elle alla même jusqu'à rapporter les paroles que leur nouveau dirigeant avait tenues, lors de son invitation au palais de Westminster. Là encore, elle n'hésita pas à remettre en cause ses affirmations, parfois à des degrés qui dépassait le politiquement correct. Cela ne déplaisait pas à l'ingénieur de voir que d'autres ne buvaient pas aveuglément les dires du gouvernement, mais que penser de telles remarques lors d'un discours destiné à rassurer la population londonienne ? Il était étonnant qu'on la laisse parler avec autant de liberté, comme le fit remarquer l'homme qui s'était précédemment emporté. Cela faisait-il partie du plan de M ? Cette hypothèse paraissait étrange : comment comptait-il profiter de la situation de cette façon ? Il paraissait également absurde du point de vue de l'adolescent que le chef du gouvernement n'ait pas anticipé la situation : un homme qui s'empare du pouvoir dans des circonstances floues et, qui plus est, est susceptible d'avoir dans l'esprit des projets peu louables, fait généralement attention à ce genre de détails. Il restait alors une dernière possibilité, qui, lorsque l'on connaissait le portrait de l'homme, était probablement la plus inquiétante.

Et si M avait tout simplement décidé de répliquer par la force, comme il l'avait vraisemblablement fait dans le futur ?

Il était impossible d'être sûr de quoi que ce soit. Les discours des deux personnes se tenant sur l'estrade entraient en effet en conflit l'un avec l'autre sur certains points. Aux yeux d'Evan, la seule manière d'arriver à clarifier la situation était d'entrer en contact avec M lui-même et de lui faire entendre ce qu'Emmy et lui avaient découvert dans le journal, pour tenter de le ramener à la raison. Et le jeune homme avait réfléchi à un moyen d'y parvenir pendant toute la durée de l'allocution. Toutefois, au moment où il allait demander la parole, un bruit assourdissant fit trembler la place entière.

Ce bruit, Evan ne le connaissait que trop bien. Il l'avait entendu de nombreuses fois à Misthallery, quelques années plutôt. C'était en partie pour cette raison qu'il avait décidé de mettre un terme avec sa collaboration avec Descole.  Ce son, c'était celui de la destruction.

"Bon sang… murmura-t-il d'une voix blanche. C'est bien trop tôt pour une répression…"

Les machines atteignaient la taille d'un immeuble, et elles ravageaient les bâtiments qui se trouvaient en bordure de Piccadilly Circus de leur étreinte d'acier, provoquant une pluie de débris de mur, de plâtre, de bois. Leur trajectoire dévastatrice ne semblait pouvoir être interrompue, piétinant tout sur leur passage. En comparaison de ces colosses de fer, les machines dont il avait participé à la construction avec Descole semblaient bien insignifiantes. Si M était bel et bien leur concepteur - ce qui était quasiment certain, on pouvait dire qu'il avait fait du bon travail. Le seul ennui était qu'elles se dirigeaient désormais droit sur la place.

Des cris s'élevèrent partout dans la foule, paniquée à la vue de telles monstruosités. Même le majordome semblait déboussolé face à l'arrivée destructrice des machines.

"Impossible…  Ça ne devait… Ça ne pouvait pas arriver !" s'exclama-t-il, incrédule.

Ainsi donc, ce Brinson connaissait déjà l'existence de ces machines, mais ne s'attendait pas à ce qu'elles attaquent à ce moment précis. Était-ce un accident ? Se pouvait-il que M ne soit en réalité pas leur inventeur ? Ou bien ce dernier avait-il caché une partie de son plan à son propre majordome ? À moins qu'il ne s'agisse que d'une vaste mise en scène que le domestique ne faisait que respecter ? Bien des interrogations se soulevaient, mais il n'était pas d'y répondre. Les gens, affolés et désordonnés, fuyaient de tous côtés, dans la confusion la plus totale.

"Allez-vous réfugier dans le métro !" hurla le majordome à leur attention.

Il avait vivement quitté l'estrade sur laquelle il se tenait plus tôt et s'avançait vers les machines, le bras tendu vers elle. Peut-être tenait-il en main le dispositif permettant de les désactiver ? Mais si le majordome ne s'attendait lui-même pas à cette situation, il pouvait y avoir un risque que rien ne se déroule comme prévu et qu'elles demeurent incontrôlables… Par prudence, Evan commença donc à reculer d'un pas rapide, sans toutefois quitter les machines des yeux. Toutefois, il hésitait à se rendre dans le métro. L'endroit constituait certes un refuge idéal pour se protéger des mécaniques déchaînées, mais si les structures qui l'entouraient s'effondraient, il y avait un risque que le passage soit bloqué par les décombres et que ceux qui s'y trouvaient se trouvent piégés. Aussi demeura-t-il en bordure de la place, le plus loin possible des machines, tout en s'assurant de rester à proximité de l'entrée de la station dans le cas où les choses tourneraient mal.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Sam 13 Juil - 0:12

Rien à faire ; le dispositif ne fonctionnait pas ! Dans sa tête, les informations reliées au mécanisme des machines dévastatrices défilaient à la vitesse de l’éclair. Qu’est-ce qui pouvait bien entraver la communication entre sa télécommande et l’engin ?.. Rapidement, Georges vérifia les batteries : elles étaient parfaitement rechargées et la distance était assez raisonnable pour que les signaux soient reçus aisément. Raisonnable pour les ondes, mais certainement pas pour sa sécurité ; malgré cela Andréa Heart rejoignit le vieil homme, à quelques mètres des dangereuses entités de métal. D’abord concentré sur le problème persistant qui ne semblait pas avoir de solution, le majordome ne l’a remarqua pas immédiatement. Mais quand il la vit, sa réaction fut violente, quoiqu’assez prévisible :

« Pauvre inconsciente !! Je vous ai dit de vous réfugier dans le métro !! » s’écria-t-il en perdant finalement son sang-froid.

Avant qu’elle ne puisse dire un mot, elle se fit violemment happer par le vieil homme qui esquivait une pluie de murs craquelés. Ils roulèrent sur une dizaine de mètres, poussés par la violence du coup qui avait projeté des débris de maisons. La place se recouvrait peu à peu de morceaux de plâtres et autres matières pesantes en tout genre tandis que le nuage de poussière aussi handicapant physiquement que mentalement, ne se levait pas, accentué par les remuements de ces bras métalliques qui ravageaient tout dans des va-et-vient. Si cela continuait ainsi, la place Piccadilly ne serait plus qu’un amas de ruines. En tout cas, il était clairement dangereux de rester plus longtemps dans les parages, autant pour les menaces robotiques que pour les pluies dangereuses d’éclats de tuiles ou de ciment.

Les membres endoloris, il se releva péniblement et constata qu’un filet de sang coulait le long de sa joue. En tout il n’avait que quelques égratignures et hématomes mais ce n'était qu'un détail. Plus préoccupé par l'état d'Andréa, il se pencha vers la jeune fille pour lui demander si tout allait bien.

Il n’avait pas remarqué que d’où s’écoulait le liquide pourpre sur son visage, sa peau formait une sorte de déchirure.

***

« Qu’allons-nous faire ?! L’accès du métro est condamné !! »

La troupe sur Piccadilly s’était rapidement dirigée et descendue vers l’une des entrées de métro tandis que d’autres tentaient vainement d’aller prévenir le reste de la population. Heureusement, les machines ne semblaient que s’en prendre précisément qu’à la place de Piccadilly elle-même, et non pas à la ville. Mais cela n’empêchait pas les anglais d’être totalement paniqué face à l’entrée interdite qui était supposé être un refuge rassurant dans cette apocalypse.

En tout bon connaisseur, un jeune électricien londonien s'avança rapidement pour examiner le drôle de dispositif installé à côté de l'entrée. Elle semblait être verrouillée par une boite composée d’un circuit que ce dernier dévoila en l'ouvrant :

Énigme n° 010 : Circuit coloré 40/40 picarats

Spoiler:
 

Des fils de plusieurs couleurs sont entremêlés. Pour pouvoir ouvrir la porte du métro, il va falloir couper les fils de couleur dans un ordre bien précis. Vous disposez d'un seul indice : les premiers fils à couper sont les bleus. Faites attention aux pièges ! Il se peut que des détails superflus se soient glissés... La réponse n'est pas compliquée.

Vous pouvez proposer des réponses, c'est-à-dire des ordres de couleurs en commençant par "bleu" et couper les fils dans l'ordre que vous pensez être le bon. Si la combinaison est fausse, les fils seront été remplacés par d'autre tout neufs grâce à l'électricien ( et grâce aux stocks de fils qui se trouvaient à côté purement par hasard 8D ).

Indice gratuit parce que l'autre 'bécile fait toujours des énigmes compliquées ;_; :

Les deux colonnes sont composées de quatre bornes de couleurs dans un ordre différent. Or, il y a un point commun entre l'ordre des bornes et celui des fils de couleur. Et dès que vous avez trouvé le point commun, vous avez trouvé l'ordre pour donner la bonne combinaison !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1074
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 18
Localisation : Cherchez pas vous trouverez pas

Feuille de personnage
Âge: 13
Picarats: 160
Pièces SOS: 3

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Sam 13 Juil - 14:22

« U-une énigme... »

Spoiler:
 

Enfin, avec le professeur Layton, Luke pouvait voir des énigmes n'importe où.

C'est parti! Le londonien prit à nouveau son petit carnet.

Bizarre... Je me demande si le nombre de fils par couleur a une importance quelconque... Non. Ca m'étonnerais.

Luke commença à gribouiller quelques schéma sur son carnet.

Le bleu, c'est le premier à être coupé. Et si j'ai bien compris, il y a un ordre précis, du côté des bornes... Ok.

[J'ai édité pour plus de détails, ma réponse était vide.  ]
Réponse:
 


Dernière édition par Luke Triton le Mar 6 Aoû - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 543
Date d'inscription : 29/09/2012
Age : 22
Localisation : Derrière son écran, en train de noter ton adresse IP et de calculer tes coordonnées sur Google Maps.

Feuille de personnage
Âge: 16
Picarats: 175
Pièces SOS: 1

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Dim 28 Juil - 9:04

La situation n'avait pas tardé à prendre un tour critique, comme l'adolescent l'avait redouté. Le  dénommé George Brinson, rejoint en hâte par la jeune Andréa, s'échinait, en vain, à arrêter les mécaniques destructrices dans leur élan dévastateur : visiblement, la commande qu'il tenait à bout de bras s'avérait totalement inopérante sur elles. Et quand bien même le majordome serait parvenu à la faire fonctionner, les monstres d'acier ne lui en laissèrent pas l'occasion : une pluie de débris de mur et de plâtre s'abattit sur les deux personnes qui se tenaient encore sur Picadilly Circus, les faisant disparaître du champ de vision du jeune homme.

Evan se figea face à ce spectacle, le souffle coupé. Si le dispositif que possédait le vieillard avait été leur seule chance d'arrêter les machines sur-le-champ, alors elle venait vraisemblablement de partir en fumée. Les géants de métal menaçaient désormais de s'en prendre au reste de la ville ; les alentours de la place n'étaient plus sûrs ; il fallait fuir. La perspective de se réfugier dans un lieu qui pouvait tout aussi bien offrir un abri idéal que constituer un piège sournois ne réjouissait pas particulièrement l'ingénieur, mais il semblait que, cette fois, il n'avait pas vraiment le choix.

Tout en gardant un œil fixé sur les engins, qui se mouvaient dans un fracas métallique derrière lui, il gagna, presque à contrecœur, l'entrée de la station de métro. Les passants s'y agglutinaient en masse, affolés, pressés de s'éloigner du danger qui grondait sur la place ; pourtant, la foule n'avançait pas. Quelle plaie… Pourquoi ces imbéciles n'entraient-ils pas dans le souterrain ? Les quais du métro de Londres étaient largement en mesure d'accueillir tous ces badauds, alors pourquoi restaient-ils à l'extérieur de la station ? Les individus qui se trouvaient à ses côtés manifestaient la même perplexité ; cependant, contrairement à eux, il n'avait pas l'intention d'attendre sagement là, sur les marches, que les gens se décident enfin à bouger. Aussi entreprit-il de se frayer un chemin à travers cette horde humaine comme il l'avait fait plus tôt, foudroyant de son regard bleuâtre ceux qui protestaient lorsqu'il les bousculait en passant.

Bientôt, les murmures anxieux et les gémissements affolés qu'il entendait de-ci de-là lui firent comprendre que l'issue que tout ce monde cherchait à atteindre était verrouillée. Telle était donc la cause de cet embouteillage… Ce n'était toutefois pas en se lamentant comme certains le faisaient qu'ils allaient pouvoir en réchapper. Au lieu de demeurer plantés là à encombrer inutilement le passage, pourquoi ne laissaient-ils pas place à ceux qui essayaient tant bien que mal de résoudre le problème ?

Après s'être rapproché davantage de la porte, le jeune homme prêta attention aux explications d'un électricien, qui avait examiné son dispositif de contrôle. D'après ses propos, les fils que le boîtier comportait devaient être coupés dans un certain ordre pour enclencher l'ouverture de l'issue, en commençant par le bleu. Evan hocha la tête, songeur. L'électricité n'était pas son domaine de prédilection, au contraire de la mécanique, qui faisait partie de son métier, mais, de toute évidence, le problème ne requérait aucune connaissance particulière dans le domaine. En effet, lorsqu'il fut enfin à même de pouvoir observer le mécanisme de ses propres yeux, une hypothèse ne tarda pas à se concevoir vaguement dans son esprit.

"Vous permettez ?..." demanda-t-il à l'électricien, la voix légèrement empreinte de condescendance.

En dépit de l'arrogance de l'adolescent, l'homme acquiesça et lui tendit une pince coupante, tout en rappelant qu'il pourrait remplacer les fils au besoin. Le jeune homme s'en saisit, tout en remarquant non loin de lui le garçon vêtu de bleu qu'il avait aperçu lors du rassemblement sur la place, probablement en train de prendre des notes sur cette sorte d'énigme qui leur faisait obstacle. Avait-il déjà trouvé une solution ?

Spoiler:
 

Evan décida donc de mettre en application sa théorie, en coupant les fils dans l'ordre qu'il avait établi. Il espérait sincèrement ne pas s'être trompé, car, même s'il ne le laissait bien évidemment jamais paraître, il détestait essuyer un échec en public.

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Mer 7 Aoû - 2:47

La réponse était :
Spoiler:
 

Un déclic intervint dans la serrure de la porte. Celle-ci s’ouvrait alors dans un léger grincement avant que l’électricien l’ouvre complétement et laisse passer les londoniens. Mauvaise idée car, pareils à un troupeau de mouton apeurés, ceux-ci  bousculèrent sans ménagement les obstacles gênants comme les deux résolveurs d’énigmes pour se réfugier dans les souterrains.

« Est-ce que ça va ? » demanda le jeune électricien aux deux garçons violemment plaqués contre les murs un peu plus tôt.

No comment sur cette bande d'ingrats.

Des débris de murs volaient encore tout près et un bon nombre de personnes arrivaient encore pour descendre dans la station de Picadilly Circus. Au fil de quelques minutes, les descentes s’espaçaient et il était désormais possible de passer sans se faire écraser. Lorsqu’il ne vit plus personne à l’horizon, le jeune homme entra et ferma hâtivement la porte.

En entrant dans le tunnel obscur, le calme plat contrastait avec le chaos extérieur. Fraîchement aménagé en 1963 pour pouvoir être utilisé publiquement, le métro de Londres ou Underground pouvait s’étendre sur plusieurs centaines de kilomètres. Les rames n’étaient bien sûr plus en service depuis peu et le courant avait été coupé. La pénombre de l’immense tunnel ralentit quelque peu la foule une fois les escaliers descendus, incitant à la prudence. Le plafond vibrait par moment, contaminant les murs et le sol. Une nouvelle angoisse naissait : et si le poids des machines faisait s’écrouler le souterrain-refuge ? Avant de rentrer ça leur était inconcevable mais les tremblements au-dessus de leur tête, dissipaient leur scepticisme.

Peu de gens avaient de lampes torches sur eux, alors l’électricien prit de nouveau les devants… Malheureusement il déchanta très vite : tout en ouvrant un nouveau boitier dans le mur, il s’aperçut que le circuit avait été modifié.

« Bon sang mais qu’est-ce que qui se passe ici ?! » finit-il par lâcher, agacé.

Énigme n#011 "Fil indésirable" 30/30 picarats

Une anomalie s'est glissée dans ce circuit. En effet, les fils sont censés se chevaucher de manière ordonnée mais un fil indésirable perturbe l'ordre : tout les fils sont reliés d'une borne à une autre de façon à être parfaitement chacun parallèlement horizontal.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Vous aurez besoin impérativement de ce code pour déterminer quel est le fil à couper.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 1074
Date d'inscription : 29/02/2012
Age : 18
Localisation : Cherchez pas vous trouverez pas

Feuille de personnage
Âge: 13
Picarats: 160
Pièces SOS: 3

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Jeu 8 Aoû - 22:17

Spoiler:
 

Réponse correcte ! Ah !  La porte était enfin ouverte et les londoniens affolés pouvaient se mettre à l’abri. Sauf qu’ils un peu trop affolés… Le pauvre Luke ainsi que Evan furent complètement renversé par tout le troupeau alors que c’était bien grâce à eux que cette fichue porte était ouverte… Il était clair que cet évènement était perturbateur mais qu’était-il advenu de la reconnaissance ?.. Peu importe, les habitants s’y précipitèrent en masse tandis que l’électricien, après s’être assuré gentiment de l’état des deux garçons, pris la tête du groupe afin d’éclairer leur chemin.

Luke aussi suivit le groupe et essaya de ne pas se perdre... Il marcha et essaya d'aller à l'avant, afin de voir se qui se passait un peu plus loin.

Mais il tomba à nouveau sur une énigme nécessitant sa présence ainsi que l’aide de quelqu’un d’autre qui puisse résoudre ce problème.

Luke s’avança une nouvelle fois en faisant bien attention à ne heurter personne, non sans un petit regard de reproche pour la bousculade de tout à l’heure. Puis, toujours avec son carnet à la main, il examina attentivement l’intérieur de ce boîtier. Le circuit semblait anormal, d’après l’électricien. Un fil, pour être précis, s’était glissé dedans et détruisait l’harmonie que ceux-ci devaient montrer. Il fallait le couper… Mais comment savoir lequel était-ce ? Mais il y avait pourtant un indice.


This is my soluce:
 

Luke prit tira le haut de l’électricien afin qu’il son attention sur lui.

« Ce ne serait pas ce fil-là, qu’il faut couper ? » Dit-il en désignant le fil en question.

Et avant d’écouter la réponse de l’électricien, il jeta un œil vers Evan, afin de voir si lui aussi avait essayé de trouver la solution puisqu’il l’avait fait lors de l’énigme précédente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 62
Date d'inscription : 13/05/2012

MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   Mar 13 Aoû - 20:26

Correct !

Spoiler:
 

Aussitôt le fil coupé, la lumière clignotante se répandit dans le tunnel. L'électricien remercia le jeune garçon, impressionné par sa perspicacité malgré son âge. Enfin, peut-être était-il plus vieux et avait rajeuni grâce au bouleversement temporel mais qu'importe, il avait déjà résolu en deux trois mouvements deux énigmes !

Devant eux s'étendait le métro le plus vieux du monde. La lumière était une grande source de soulagement pour la foule qui, jusque-là, retenait son souffle en écoutant le plafond vibrer dans l'obscurité. Un brouhaha monta, mais resta cependant très mesuré. Comme s'ils avaient retrouvé de l'énergie après la lumière restaurée, les londoniens échangèrent des petites conversations pour se rassurer ou pour s'informer. Cela allait du père ouvrier qui rassurait ses enfants au distingué gentleman qui demandait qui diable pouvait être à l'origine de ce nouveau désastre. Cependant, à chaque nouveau grondement sourd, l'inquiétude montait inéluctablement très vite et se manifestait par un silence général. Malgré un aperçu,  nombreux se demandait ce qui se passait en ce moment tout en essayant d’interpréter les événements en suivant les bruits. Mais personne n’avait le cran de remonter voir. De toute façon, qu’auraient-ils aperçu, sinon le chaos ?  

Des bruits de pas retentirent dans les escaliers, supposant qu’un autre rescapé venait d’arriver. Les pas semblaient plutôt hésitant puis finalement, un individu tenant une fillette évanouie dans ses bras. Il s’agissait d’un jeune homme aux cheveux bruns ébouriffés et au visage candide malgré la coupure ensanglantée sur la joue. Il portait un costume noir qui rappelait celui d’un majordome il y a quelques instants. Ignorant les yeux de certain qui s’étaient rivés sur lui, il déposa la fillette sur un siège et tapa dans ses mains avant d’épousseter son costume. De toute évidence, les deux semblaient avoir évité de peu à la catastrophe, étant donné leurs vêtements couverts de poussières.

« Mais… n’est-ce pas la petite de tout à l’heure ? » demanda une vieille femme en s’approchant.

« Si. C’est bien Andréa Heart. Ne vous en faites pas, elle s’est juste évanouie. » lui assura-t-il, avec un sourire bien trop éclatant pour coller à la situation.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [PV: Membres validés] La foi du partage.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[PV: Membres validés] La foi du partage.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Validée]Les techniques de Akari Hadashi
» Les magistrats du Parquet, membres du pouvoir exécutif ?
» Le partage de la richesse aux USA
» Partage de compte
» [Validée]Un Joyeux Hey de la part de Sora =)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Professeur Layton et la menace de Chronos :: Londres :: Parc-