Professeur Layton et la menace de Chronos

Venez incarner un personnage de la saga ou inventez-en un, et participez à l'intrigue : Une nouvelle menace pèse sur le professeur Layton !
Serez-vous de taille face aux nouveaux mystères et leurs énigmes ?
 
AccueilPortailRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexionFAQ
Fermeture

Partagez | 
 

 La grande frayeur .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: La grande frayeur .   Dim 8 Jan - 17:01

Layke fait du chant.Elle vient tous juste de finir sa répétition pour l'opéra "Le haut de forme argenté".Elle se promène dans les coulisses quand :
-Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!
Layke accoure et ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mar 10 Jan - 19:08

Janice avait été appelée par les responsables des horaires des spectacles pour la prévenir qu'elle devait venir pour la répétition finale de La légende d'Ambrosia pour la représentation de ce soir.

Elle était arrivée bien en avance. Quelqu'un était encore en train de chanter. Janice ne put s'empêcher de sourire en entendant cette voix. Elle était vraiment magnifique.
Janice décida de rester un peu dans les coulisses.

En sortant d'une pièce à deux entrées (elle l'avait traversée, et en l'occurence n'était pas passée par ce couloir, elle entendit un bruit. Plic. Plic. Plic. Plic.

Janice fit un pas. Cela fit un bruit écoeurant. Elle baissa les yeux et eut un haut-le-coeur: il y avait du liquide rouge. Et ce n'était pas de la grenadine. Elle avança encore un peu plus. Et là elle vit...

-Hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!! hurla Janice.

Quelqu'un. Un homme aux cheveux noirs et rouges. Et le rouge... C'était le sang qui sortait de sa tête.
Au moins, il n'était pas mort. Il avait du mal à respirer, mais il était encore vivant... Si on ne faisait rien, il mourrait rapidement.

Elle s'assit dans le sang avec dégoût. Sa robe était désormais pleine de sang. Elle s'adressa à l'homme.

-Monsieur! MONSIEUR! Vous m'entendez? Qui vous a attaqué?
-Ghh... J-J'ai froid....

Des pas résonnaient dans le couloir. Une jeune fille arriva. Elle resta stupéfiée sur place.

-J-J'ai mal...
-On va vous sauver Monsieur, ne vous inquiétez pas! dit Janice à moitié convaincue. Et vous, Mademoiselle, allez appeler la police et revenez m'aider à le garder vivant! Je vous en prie!

Janice avait la vue qui se brouillait, et elle désépérait à mesure que le sang coulait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mar 10 Jan - 20:54

April était figée. Elle était venue à l'opéra se renseigner pour des cours de chant, mais n'y étant jamais allée elle avait finit par se tromper de chemin et arriver dans une salle ou un corps ensanglanté gisait par terre, ainsi qu'une fille qui essayait desespérement de le réanimer. April l'avait déjà vue quelque part, mais ne se souvenait plus où, c'était peut-être une chanteuse célèbre. La jeune femme lui demanda d'aller chercher des secours, mais April n'arrivait pas à bouger. Elle ne pouvait détacher les yeux de l'homme, qui gémissait: "Aidez moi..."
Elle réussit enfin à bouger et partit en tremblant. Elle se mit à courir, et accélerait à la recherche d'une sortie en espérant trouver rapidement une cabine téléphonique dans la rue. Une fois qu'elle en vit une, elle se précipita dedans et tapa le numéro des secours, les mains moites. Elle ne pouvait s'empêcher de penser à son père, ce qui lui était arrivé, 11 ans plus tôt...
Elle colla le téléphone contre son oreille et attendit. Soudain, elle aperçut...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Jeu 12 Jan - 13:23

Layke attirée par le cris et blanche de frayeur hurla elle aussi .Elle avait vu un homme qu'elle croyait gravement blessé avec une jeune femme .Elle voulut courir jusqu'au téléphone .Occupé .Elle cria a la jeune fille de prévenir la police ,en larmes .Puis repensant au corps , elle s'évanouie .NOIR.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Sam 14 Jan - 15:49

Deux filles accoururent, en fait. Janice ne voyait pas distinctement leurs visages, tellement elle avait la vue brouillée par les larmes. Une des filles partit en direction d'une cabine téléphonique, dehors. L'autre partit dans la même direction. Elle entendit le bruit de quelqu'un qui tombait. Une des filles s'était surement évanouie. Janice pria pour qu'elle n'aie rien.

-J... Je... Ne... Vois plus rien...
-Courage! Résistez! Pensez à votre famille, à vos amis, à votre femme, à vos enfants!

Janice éspérait voir quelqu'un arriver chaque seconde. Elle ne voulait pas perdre cet homme. Elle ne le connaissait pas, mais il avait une vie, lui aussi. Il méritait de la continuer.

La chanteuse déséspèrait un peu plus chaque seconde. Les yeux de l'homme se fermait un peu plus chaque seconde, il tentait de les ouvrir, il résistait. Il ne voulait pas mourir. Il avait de plus en plus de mal à respirer... Les battements de son coeur se faisaient de plus en plus rare.

Enfin, des pas pressés retentirent dans le couloir.

Etait-ce une des deux filles?
La police?
Quelqu'un d'autre?
Ou même le coupable de cet acte odieux en personne?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Jeu 26 Jan - 13:07

Layke connaissait le blessé .Après s’être remise elle couru dans la salle ou était l'homme.
-Ordiner !Non !Ordiner !Reste avec nous .

Mais ce n’était pas lui.il avait l'air plus vieux ...Impossible de savoir ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Jeu 26 Jan - 18:49

April téléphonait quand elle vit une jeune fille taper contre la cabine avant de s'écrouler par terre. Elle se dépêcha de finir son appel, suppliant les secours d'arriver le plus vite possible, et voulut aider la personne écroulée par terre mais quand elle regarda dans sa direction elle vit qu'elle partait en courant. Heureusement, elle n'avait rien, mais semblait paniquer elle aussi.
April sortit de la cabine, tremblante, et tenta de marcher mais tomba brusquement par terre. Elle ne pouvait pas faire un pas de plus et elle était blanche comme un linge. Elle avait tellement peur, peur que cet homme meurt, peur que la personne qui avait fait ça soit dans les parages... Stressée, elle se releva en pleurant, tellement elle avait peur et elle était angoissée, et avança la main contre le mur pour ne pas retomber. Elle ne savait pas où elle allait, mais qu'importe. Elle ne voulait pas retourner à l'opéra tant que le blessé serait encore là. Elle ne voulait plus voir la mort...
Au fur et à mesure qu'elle avançait, les images de son père revenaient dans sa tête. ce qu'elle avait vu ce jour-là, et dont elle n'avait jamais parlé à personne... April gémit et se mit à courir pour chasser ses désagréables pensées quand...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Dim 29 Jan - 13:20

C'était une des deux filles qui était revenue. Elle avait l'air de connaître le blessé. Janice imagina ce que ça faisait de voir quelqu'un que l'on connaissait sur le point de mourir. Elle compatissait.

-Ordiner !Non !Ordiner !Reste avec nous .

Elle eut un mouvement de recul, comme si ce n'était pas lui. Elle comprit que c'était une personne qui lui ressemblait beaucoup, mais ce n'était pas lui.

-C'est sûrement son père ou son frère! Mademoiselle, je peux vous faire confiance pour tenter de le garder en vie? Je vais voir si les secours arrivent!

Janice s'enfuit à toutes jambes dehors tandis que Layke restait près de l'homme. Une fois arrivée, elle vit la jeune fille pâle, blanche comme un linge, sur le point de s'écrouler par terre. Elle transpirait et avait peur.
Elle vacilla.

-Mademoiselle!

Janice se mit à courir en direction de la jeune fille qui était de plus en plus proche du sol, elle tentait sûrement de rester debout, ce qui lui demandait un effort surhumain.
Mais Janice avait eu elle aussi très peur. Ses jambes étaient tremblotantes. Et c'est ainsi qu'elle tomba par terre, heurtant le béton. Elle avait terriblement mal.

Elle regarda sa jambe droite: en sang. Sûrement cassée. Elle n'arrivait presque pas à la bouger.

-Aïe...gémit-elle.

Malgré tout, elle tenta de se lever pour aller secourir April, qui était toujours sur le point de s'écrouler.

Janice pleurait de douleur. Elle n'arrivait pas à se lever.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Jeu 2 Fév - 17:56

"Noooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooon!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!"
Layke avait l'impression que sa tête allait éclater.Elle était en plein cauchemar.Un homme mourant et deux filles terrorisées dans le couloir !
Elle hurla ,déchirée de douleur . Elle aussi était terrorisée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Jeu 2 Fév - 18:50

En entendant le cri de Layke, Janice ne pensa qu'à une chose...
Le criminel est revenu et il veut achever le travail.
Elle eut la force, inexpliquablement, de se relever. Elle regarda April, qui n'était toujours pas tombée, mais semblait vraiment faible... Janice fit le signe de la croix, une sorte de réflexe inexpliquable, et pria pour qu'April n'aie rien tandis qu'elle serait partie voir ce qu'il se passait... Janice laissa traîner sa jambe droite derrière elle; elle n'avait pas le choix, car elle n'arrivait pas à la bouger... Elle la tenait avec une main pour tenter de calmer la douleur. Marcher lui demandait un effort considérable. Elle était pâle et elle transpirait. Elle s'essuya le front qui était plein de sueur, ce qui était vraiment désagréable, avec le revers de la main qui tenait sa jambe en sang... En l'occurence, la main aussi était pleine de sang, et elle laissa une marque sur le front de Janice. Le sang coula bientôt sur tout son visage. Elle ne pouvait pas se voir dans un miroir, mais c'était sûr et certain que si elle se voyait, elle sursauterait.

Quelques minutes plus tard, complètement ensangletée, elle arriva enfin là où était Layke. Elle tenta de ne pas regarder l'homme... Elle ne vut personne d'autre sur les lieux... Elle en conclut que le criminel n'était pas sur place. Mais Layke semblait vraiment terrorisée.

-Vous allez bien, mademoiselle?

En ce moment même, c'est Janice qui avait l'air d'avoir besoin d'aide, pleine de sang comme elle l'était! Mais elle semblait ne pas s'en être rendue compte!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 8 Fév - 18:54

April se sentait vraiment mal. Quelques minutes plus tôt, une jolie fille rousse avait tenté de lui porter secours, mais elle était tombée et sa jambe s'était mise a saigner. Ensuite, elle était repartie, comme si elle venait de se souvenir que quelque chose. April avait voulu lui crier d'arrêter, qu'elle ne pouvait pas marcher avec sa jambe mais elle n'en avait pas la force. A la vue du sang, ses yeux avaient rétréci sous l'effet de la peur et tandis que la fille rousse s'éloignait, elle s'écroula contre le mur. Cette journée aurait pourtant dû bien se passer... April aurait pris un cours de chant et serait rentrée chez elle lire un bon livre tandis que sa mère aurait fait des gaufres. A lieu de ça, elle était assise contre un mur, terrifiée et il y avait une flaque de sang à côté d'elle.
April allait fermer les yeux quand elle entendit "Pimpompimpon !" Et un homme se pencha vers elle: "Vous allez bien, mademoiselle ? Ne vous inquiétez pas, tout va bien se passer, venez avec moi." Derrière cette homme, il y avait une ambulance, et une autre se dirigeait vers l'opéra. Enfin, les secours étaient là... April sourit et s'endormit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 8 Fév - 20:36

/!\ Attention: Long RP.

_____________________________

Jamais Janice n'aurait cru qu'un simple son la rendrait aussi heureuse.

Pin Pon Pin Pon

Le signe que les secours étaient arrivés. Enfin. Le cauchemar allait enfin se terminer. Janice pensa à la jeune fille dehors qui allait sûrement être emmenée à l'hopital et enfin être soignée et sourit. Après ça, les secours allaient arriver ici, soigner Janice, Layke et surtout ce pauvre homme. Elle échangea un regard entendu avec Layke. Et elles pensèrent la même chose au même moment.
C'est fini.

A tord.

Ce que la plupart des gens ne savaient pas, c'est qu'un criminel est capable de se perdre. Et de revenir à l'endroit où il avait tiré sur un pauvre homme. Et peut-être le retrouver en compagnie d'autres gens. C'est ce qu'il se produisit.

Le criminel était un homme. Son visage n'était pas visible, mais tout indiquait en lui qu'il était bien un homme. Ses tennis martelaient le sol bruyamment. Quand il arriva dans la pièce, il trouva deux personnes en compagnie du blessé.
Il sembla d'abord désarçonée. Puis il se rassura en voyant les deux personnes...

Une gamine et une femme incapable de bouger. Elle peut peut-être encore frapper... Elle n'est pas l'air dangereuse... Il vaut mieux les éliminer... Les faire taire à tout jamais.

Janice regarda l'homme, terrifiée. Elle poussa instinctivement Layke pour qu'elle s'en aille. Elle lui murmura:

-Allez-y, enfuyez-vous par la fenêtre et allez alerter quelqu'un.

Layke avait l'air décidé. Prise d'une colère et soudain terrifiante, Janice lui hurla:

-MAINTENANT!

Layke s'en alla, laissant Janice, la victime et le tueur.
Ce dernier fit un rire cruel.

-Tu veux sauver ton amie? Libre à toi de vouloir mourir... Je n'ai rien contre toi personnellement. Je veux juste ne pas être reconnu tu comprends? Tu pourrais me dénoncer. Tu pourrais aussi me promettre de ne rien dire. Mais les gens ne savent pas garder les secrets. Je préfère m'assurer que tu ne diras rien... Si tu vois ce que je veux dire.

Il sortit un revolver et tira dans le plafond.

-Ca c'était le coup d'essai. Adieu, Miss. Ce fut un plaisir de te rencontrer.

Janice regarda le type. Elle ne pouvait pas se lever pour s'enfuir... La fenêtre était trop étroite pour elle et le criminel bloquait la porte.
Il visa et tira en direction de Janice. Elle se pencha de justesse, et la balle alla se loger dans le mur. Regardant droit dans les yeux (où à l'endroit où était censé être ses yeux) l'homme, Janice lui dit:

-Qui êtes-vous? Pourquoi faites-vous ça?

Il s'approcha de Janice et dit théâtralement:

-Je suis la personne que je suis. Vous pouvez tout simplement m'appeler... Mark.

Mark? Ca ne ressemblait pas à un nom de sérial killer. Janice se rendit compte qu'il s'était mit à la vouvoyer.

-Et je fais ça... Vous le savez.

Il avait dit ça comme une affirmation.

-Je... Le sais?
-Oui, Miss, je suis sûre que vous le savez...

Il retira sa cagoule. C'est à ce moment précis que les autorités et les filles arrivèrent dans la pièce. Pris de panique, Mark prit son revolver, et se mit à tirer partout dans la pièce.

C'était loin d'être la fin du cauchemar. Vraiment loin.

-Arrêtez Mark!!! Arrêtez ça tout de suite, s'égosilla Janice. Quel est votre but dans la vie? Pour quelle raison tuez vous ces gens? C'est si extraordinaire d'ôtez la vie des gens innocents?
-Ils ne sont pas innocents, hurla Mark sans s'arrêter de tirer. Savez-vous ce qu'ils m'ont fait?
-Non, je ne sais pas ce qu'ils vous ont fait! Je n'en ai aucune idée... Mais je pense que vous vous êtes déjà assez vengé comme ça.
-Non!! Je ne serai jamais assez vengé!
-Vous savez quoi? Vous êtes un faible, Mark. Vous ne savez pas pardonner. C'est une forme de faiblesse. Et d'ailleurs vous avez tord. Je n'aimerais pas vous connaître. Je ne vous connais pas.
-En êtes-vous vraiment sûre?
-... !!!

Et Janice se rendit compte de qui était Mark.
Et elle sut pourquoi il faisait ça.

-Mark Youngblood?
-Vous en avez mis du temps pour me reconnaître...

L'espace d'un instant elle eut l'impression que Mark avait fait un sourire. Cela devait être une illusion. Car il ne s'était pas arrêté une seconde de tirer.

Janice fit signe à Layke et April de la rejoindre. Elle savait que Mark ne tirerait pas dans sa direction. Et elle voulait protéger ces deux filles.

Les autres avaient une arme pour se défendre.

-Youngblood...

C'était la victime qui avait parlé! Il était encore en vie! Et il semblait connaître Mark en fin de compte...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 8 Fév - 21:34

Quand April se réveilla, elle était dans une ambulance, et un docteur lui souriait. Elle se souvint immédiatement de tout, et se releva brusquement. "Ne faites pas attention à moi, il y a un blessé grave à l'Opéra... et une fille c'est fait mal à la jambe...
-Ne t'inquiètes pas, jeune fille, répondit le médecin. Nous y sommes bientôt."
Sur ce, l'ambulance se gara et April, qui allait beaucoup mieux sortit rapidement. Il y avait aussi 2 voitures de police, et des policiers rentrèrent dans le bâtiment en courant. April alla vite les rejoindre tandis que le docteur l'appelait. Elle devait y aller, même si elle était encore choquée et qu'elle ne servirait pas à grand-chose... Les policiers voulurent la chasser mais elle proposa de leur indiquer le chemin.
Ils étaient bientôt arrivés dans la salle quand on entendit des coups de feu. Les poiliciers débarquèrent en courant et April les suivi, paniquée. A terre, il y avait le blessé, les fillesde tout à l'heure... Mais debout, il y avait quelqu'un d'autre. On ne voyait pas son visage, mais cela suffit à terroriser April. Ce devait être lui... le tueur.
Il se mit à tirer partout. April poussa un cri et se boucha les oreilles. Puis il sembla que la fille blessée se mit à parler avec lui, mais April n'entendait rien. La jeune fille lui fit signe de venir mais elle avait trop peur pour cela. Enfin, elle tenta un pas vers elle quand soudain, l'homme au visage caché l'attrapa vivement.
Il colla son arme contre la tempe d'April qui tremblait de tout son corps, tandis que la victime murmura un nom.


Hors RP: Janice, pourquoi tu demandes à Layke de partir et ensuite de revenir vers toi ? 8D
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 8 Fév - 22:10

Hors-RP: C'est très simple :) (ou pas OO")
Demande à Layke de partir pour qu'elle aille chercher de l'aide.
Demande à Layke de revenir parce que Janice sait que le tueur ne tirera pas dans sa direction étant donné qu'il connait Janice =D
C'est plus clair? ^^
Au fait, quand tu rentres dans la pièce, le tueur a le visage visible (voir un moment de mon RP...)
Ca y est, je réponds! Attention, RP encore plus long! Accrochez-vous bien! Et, désolée, j'avais la flemme de me relire, donc si il y a des fautes... Sorry éwè
_______________________________________________

Youngblood... Ce nom que Janice n'avait pas entendu depuis si longtemps... Depuis 8 ans très exactement.

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~Flashback~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Ecole secondaire. Une jeune adolescente du nom de Janice Quatlane rentra dans la salle de classe en hâte. En retard, comme toujours. Mais le professeur n'était pas encore arrivé. Le professeur de l'orphelinat était réputé pour son addiction à la caféine. Il buvait huit tasses avant de pouvoir aller en classe sereinement. Janice jette un coup d'oeil dans la classe; il y avait un groupe composé d'environ quatre-vingt pourcents de garçons et de vingt pourcents de filles qui ricanaient dans un coin de la classe. L'adolescente n'aimait pas trop ces gens. Ils étaient méchants avec des gens qui n'avaient rien fait. Mais en même temps, elle avait un peu peur d'eux. Ils étaient effrayants, tous en bande, se ruant sur la victime de leur choix tel un banc de pirhannas. Aussi, elle tressaillit quand le chef de la bande-un garçon plutôt imposant ayant redoublé plusieurs fois-l'interpella.

-Hé la rouquine! Amène-toi un peu qu'on rigole.

Ricanements et gloussements. Janice s'approcha, terrifiée par la bande.

-Tu veux savoir ce qu'on a fait ce matin?

"Non" pensa Janice de toutes ses forces.

-Oui, souffla-t-elle contre son gré.
-Bonne réponse, rouquine. On a enfermé Bold dans les toilettes. Il ne pourra pas s'échapper avant longtemps. Je l'imagine en train de pleurer comme une fillette... Oh Maman, j'ai peur! Ouin, ouin!

D'autres rires suivirent.

-Bold?
-Oui, ton copain, le type aux lunettes rondes et noires, là. Marc Bold.
-Mark Youngblood. Il s'appelle Mark Youngblood.
-Si tu veux, rouquine.

Le groupe retourna à sa discussion, et Janice en profita pour s'éclipser. Tant pis si elle ratait le cours; elle préférait le manquer... Elle courait en direction des toilettes. Une fois arrivée, elle frappa.

-L... Laissez-moi tranquille!
-Mark, c'est moi... Pas d'inquiétude.
-Oh, Janice, c'est toi... Ils m'ont...
-Je sais, ils t'ont enfermés. C'est affreux.
-Oui. Je ne sais pas pour qui ils se prennent. Mes parents m'ont déjà abandonnés... Et en plus, je suis abandonnée dans cette classe. Janice, ils me font peur. Non seulement ils me font du mal physiquement, mais ils m'insultent aussi. Tout ça parce que je ne viens pas du même pays qu'eux. Ces petits anglais snobs qui se croient au dessus de moi parce que je viens d'Ecosse...
-Je suis anglaise.
-Tu n'es pas comme eux, Janice... Un jour, j'aurai ma revanche contre tous ceux qui m'ont abandonnés d'une manière ou d'une autre... Je me vengerai d'eux. Sans aucun complexe. Je ne pourrais pas vivre en sachant qu'ils sont devenus des gens géniaux.
-Tu auras ta vengeance, Mark. Je te le promets. Et je t'aiderai à l'accomplir. Je te le promets.
-Tu l'as déjà dit, dit-il d'un ton moqueur.

Janice ignora ses moqueries et fouilla ses poches jusqu'à trouver ce qu'elle cherchait: une pince à cheveux. Elle déverouilla ainsi la serrure, en un CLAC retentissant.

-Voilà, c'est dévérouillé. Tu viens maintenant? Tu ne pourras pas accomplir ta vengeance en restant enfermé dans les toilettes.
Mark sortit des toilettes et regarda Janice droit dans les yeux.

-Tu es une fille bien, Janice, fit-il, le sourire au lèvres.

Janice n'avait pas pris la soi-disant vengeance qu'allait prendre le garçon au sérieux. Elle aurait du. Car une semaine plus tard, Mark Youngblood avait fugué et s'était enfuit en emportant le revolver présent dans la vitrine où était exposée des armes avec lui. Il avait laissé un mot à Janice. "Vengeance sera faite, et le jour où je te reverrais, je compte sur toi pour m'aider à l'accomplir. Mark."
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~Fin du Flash-Back~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Et la victime connaissait lui aussi le nom des Youngblood... Intéressant... April semblait hésiter à rejoindre Janice. Soudain, Mark prit la jeune April en otage et pressa son revolver contre sa tempe.

-CA SUFFIT! hurla Janice.

Intrigué, Mark tourna la tête.

-Mark, tu... hum, vous allez trop loin! Vous m'aviez dit que votre vengeance serait bien. Mais ce n'est que meurtres sur meurtres d'innocents. Et vous prenez cette jeune fille en otage. Que vous a-t-elle fait? Je ne vous aiderai jamais à accomplir votre vengeance si elle est aussi pitoyable.
-Désolée, ma chère Janice, une promesse est une promesse...

Il s'approcha de Janice d'un mouvement fluide tout en tenant April fermement dans un de ses bras. Il lui mit le revolver entre les mains, tout en luttant pour qu'elle ne le lâche pas, puis la forca à appuyer sur la détente. La balle toucha quelqu'un.
Elle se retourna vers Mark.

-Tu es complètement cinglé, Mark Youngblood. Tu ne seras plus jamais comme avant, n'est-ce-pas? Ce que tu as vécu était horrible, voir traumatisant, je le sais. Mais ce n'est pas une raison pour t'en prendre à des gens innocents. Mets-toi à la place de tous ces gens que tu as fait mourir. Ils avaient une vie, peut-être encore quelque chose à accomplir, pleins d'années à vivre pleinement devant eux, mais tu les as stoppées, leurs vies. Tu es un psychopathe, en fin de compte. Tu sais quoi? J'aurais préféré ne jamais te rencontrer.

Janice lâcha le revolver. Mark fronçait les sourcils. Il avait l'air de réfléchir. Puis, contre toute attente, il relacha April.

-Janice, tu es la seule personne qui ne m'a jamais abandonnée. Dés que je suis parti, je n'ai plus eu qu'une envie, c'est de te revoir. Et 8 ans plus tard, ce jour arrive. Je ne t'ai pas reconnue tout de suite, je l'avoue. Mais tu n'imagines pas à quel point j'ai été heureux quand j'ai vu que c'était toi. Et, là, après 8 ans à avoir attendu de pouvoir te revoir, tu dis que tu me détestes. Que je te répugnes. Que tu n'aurais jamais voulu que l'on se rencontre. Hé bien, tu sais quoi, Janice? De mon côté, je ne voudrai jamais que l'on ne ce soit jamais rencontrés. Parce que si tu n'étais pas arrivée, je me serais tué. Tu étais mon rayon de soleil qui m'a empêché de commettre cette erreur. Et , tu sais quoi? S'il faut que je lâche cette fille pour que tu veuilles de nouveau que notre rencontre aie eu lieu, je le ferai.
-Ca n'excuse pas tout ce que tu as fait, Mark. Mais c'est déjà un début. Maintenant, donne-moi ce revolver.
-Qu...?
-Fais-moi confiance.
-Je t'ai toujours fait confiance.

Janice s'empara du revolver et le donna à April.

-Cette chose aurait pu te tuer. Lance-la le plus loin que tu peux, comme si tu voulais te débarasser en même temps du souvenir de ce revolver braqué sur toi.

Et enfin, Janice esquissa un sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 15 Fév - 15:17

Layke ne put s'en empecher/
" M...mark ???
Je j j j ....tu ...c'est toi ???
Mais pourquoi a tu ... Pourquoi Ordiner??? Hein ???Pourquoi lui ???"
Elle commença a pleurer
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 15 Fév - 23:26

Mais, alors qu'elle souriait, elle entendit un bruit derrière elle. Des sanglots, sans aucun doute. La jeune femme se retourna vers l'endroit d'où venait les sanglots. C'était Layke, qui était en train de pleurer.

-M...mark ??? Je j j j ....tu ...c'est toi ??? Mais pourquoi as-tu ... Pourquoi Ordiner??? Hein ???Pourquoi lui ???
-Vous connaissez Mark? Et ce type... C'était donc bien ce "Ordiner"!!! MARK!!! POURQUOI AS-TU FAIT CA!!!! REPONDS A LA QUESTION!!! TOUT DE SUITE!
-Je-jeuuuuuuuuhhhh..., bafouilla-t-il, Ordiner était... C'était donc Ordiner? Héhé... Mais, euh, qui est-ce Ordiner dont vous n'arrêtez pas de parler? Je ne connais pas d'Ordiner, moi! Héhé... Héhé... Et vous Miss, qui êtes-vous? Et pourquoi pleurez-vous? J-je n'ai rien fait... R-Rien du tout!!!

Et, pris de panique, il tenta de s'enfuir par là où il est entré. Malheureusement pour lui, la police lui bloquait la route. Pris au piège, il ne bougeait plus. Sur lui, étaient posés le regard d'April, qui était visiblement encore appeurée, celui de Layke, plein de larmes, celui de Janice, interrogatif, et ceux des forces de l'ordre, menacants.

Soudain, Janice comprit l'autre origine des pleurs de Layke.
La balle que la jeune femme avait été obligée de tirer... Avait touché la jeune Layke! Elle souffrait!

-Appelez vite les secours! C'est moi qui ai fait ça! Oh mon Dieu! Mademoiselle, je suis désolée! Restez avec nous! Ne mourrez pas!!!

Elle regarda Mark longuement, pas pour tenter de la faire culpabiliser ou autre chose aussi vaseuse. Juste pour lui faire comprendre que c'était sa faute. Sans lui donner des remords.

-... Humpf.

C'est tout ce que Mark Youngblood dit après avoir touché quelqu'un avec une balle.

"Tu n'es qu'un insensible. Un insensible et un imbécile.", pensa-t-elle.





La déception de Janice envers Mark se lisait sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mer 29 Fév - 21:02

-Appelez vite les secours! C'est moi qui ai fait ça! Oh mon Dieu! Mademoiselle, je suis désolée! Restez avec nous! Ne mourrez pas!!!

-Je...ce n'est rien ...C'est Ordiner ???Est ce qu'il est ...il est ....mort?

Layke souffrait .Mais bien plus pour Ordiner que pour elle .
Soudain elle demanda :
-s'il vous plait,quelle jour sommes nous ???Quelle heure est il ????
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Sam 3 Mar - 12:27

-Je...ce n'est rien ...C'est Ordiner ???Est ce qu'il est ...il est ....mort?
-Ce n'est RIEN ? Vous plaisantez j'espère ? V-vous avez une balle en vous ! Et Ordiner... Je ne peux pas vous dire si c'est lui. Mais il est encore en vie.

Janice observa encore un peu "Ordiner". Ensangleté, mais en vie. Plus pour longtemps, cependant, si on ne faisait rien. Les battements de son coeur se faisait de plus en plus rare. Il lui restait dix minutes à vivre. Peut-être quinze. Peut-être même juste cinq. Mais il n'allait pas survivre, si on le laissait à terre, en train de souffrir...
Laisser Layke souffrir comme ça était aussi impossible. Janice fit un geste pour désigner Ordiner aux secours. Ils l'emportèrent dans l'ambulance.

La jeune femme allait montrer également Layke, mais elle demanda quelque chose qui surprit Janice:

-S'il vous plait, quel jour sommes-nous ??? Quelle heure est-il ????
-Nous sommes le... 28 février ( Hors RP : on va dire ça, hein ? ^^ Si quelqu'un veut une autre date, j'éditerai, pas de problème... ). Et il est...

Elle regarda l'heure sur la grande horloge de la pièce.

-Il est 17 heures 17. Mais pourquoi cette question ?




Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Sam 3 Mar - 15:16

(HRP:la date me convient !)
Layke se releva brusquement ,et en évitant de penser a sa douleur .Elle prévint :
-C'est la prophétie !Partez avant 19 heures sinon vous mourrez !Et laissez moi je sais comment l'arreter !*elle lança un regard à un Marc surpris *Je vous est entendus vous et ...
La douleur était trop forte et Layke se tut .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Mar 10 Avr - 4:51

Janice regarda Layke se relever avec surprise. Elle avait l'air d'avoir complètement oublié sa douleur. Seule une information importante aurait pu la mettre dans cet état. Elle transpirait, et avait un air effrayé sur le visage. Elle prévint en hurlant :

- C'est la prophétie !Partez avant 19 heures sinon vous mourrez !Et laissez moi je sais comment l'arreter !*elle lança un regard à un Marc surpris *Je vous est entendus vous et ...

Janice fut tout d'abord déconcertée. Elle s'attendait à tout sauf à ça. Ensuite, elle posa sa main sur le front de la jeune fille : il était brûlant. Elle était fiévreuse et vraiment malade... Janice lui fit un sourire qu'elle voulait rassurant, mais son inquiétude continuait à se lire sur son visage.

- Ne vous inquiétez pas ! Si vous voulez que nous partions avant dix-neuf heures, nous le feront. Si vous savez comment arrêter cette espèce de... Malédiction, j'imagine, nous vous laisserons faire.

Janice n'avait bien sûr aucune intention de la laisser seule à un moment ou un autre ou de partir sans elle. Elle se sentait responsable vis à vis de Layke ; c'était en partie de sa faute si elle souffrait, et elle n'avait aucune intention de s'en aller sans faire quoi que ce soit pour elle. Janice restait à côté d'elle, à lui parler d'une voix rassurante, en espérant voir la jeune fille s'endormir pour que l'on puisse enfin l'emmener aux Urgences. Elle ne se rendait plus vraiment compte de ce qu'elle lui disait, concentrée sur cette soi-disant prophétie. Après tout, ça pourrait être vrai... Elle avait été mêlée à des situations étranges, il y a un certain temps. Était-il possible que ce que disait cette fille soit vrai ? Non... Non, ça ne pouvait pas être possible.

Quand elle vit Layke cligner des yeux de plus en plus vite pour lutter contre le sommeil, elle se leva et se dirigea vers Mark, avec un sourire tremblant. Elle y croyait de plus en plus, à cette prophétie, et avait du mal à faire comme si ça n'avait aucun sens. Janice avait peut-être un peu peur, mais comparé à la peur qu'elle avait quelques dizaines de minutes plus tôt, ce n'était rien. Elle se mit à côté de Mark et fit un petit rire nerveux.

- Ah Ah... C'est complètement absurde, n'est-ce-pas ? Cette histoire de prophétie, tout ça.... Elle est vraiment en train de délirer !

Mark ne sourit même pas. Il réfléchissait, visiblement.... Puis, il prit la parole, l'air grave, s'adressant à la jeune Layke :

- Mademoiselle. Je vous en prie, continuez votre phrase. La prophétie doit être annulée, et la fin de cette phrase est d'une importance capitale. Actuellement, tout est d'une importance capitale.

Janice se sentit pâlir. Ainsi, la prophétie existait réellement.... Ses genoux tremblaient, elle avait un peu peur : peut-être même très peur. En vérité, elle était sur le point de mourir de peur : toutes les choses surnaturelles effrayaient beaucoup plus Janice que les autres choses plus réalistes. Car on ne sait jamais pourquoi dés le premier coup...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: La grande frayeur .   Ven 27 Avr - 14:32

- Ah Ah... C'est complètement absurde, n'est-ce-pas ? Cette histoire de prophétie, tout ça.... Elle est vraiment en train de délirer !

- Mademoiselle. Je vous en prie, continuez votre phrase. La prophétie doit être annulée, et la fin de cette phrase est d'une importance capitale. Actuellement, tout est d'une importance capitale.

-De toute façon , vous auriez du vous mefier ...Votre collègue à la machine et va arriver bientot !Moi seule sais ce qu'il faut faire !


Mark la regarda , blanc de peur ...


DEBOUT JANIIIIICE !ALLEZ C'EST A TOIIIIII !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La grande frayeur .   

Revenir en haut Aller en bas
 
La grande frayeur .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Manger et boire restent un luxe pour la grande majorite!
» Une ile d'ordures plus grande que le Texas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Professeur Layton et la menace de Chronos :: Communications extérieures :: Archives :: Rps-